L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more


2 Commentaires

CINE- Le Cas Richard Jewell, un autre héros oublié

Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu de film de Clint Eastwood. C’est presque par hasard que j’ai repéré ce film dont l’affiche ne me disait rien qui vaille. Mais n’ayant pas la possibilité de voir Parasite ou Judy pour le moment, j’ai opté pour ce film aux critiques unanimement positives.

Effectivement, Eastwood signe là un film remarquable, une machine à Oscars, abouti, puissant, entouré d’un casting éblouissant.

Cette fois Eastwood nous embarque sur les traces d’un autre héros injustement vilipendé, Richard Jewell, le héros malgré lui de l’attentat d’Atlanta en 1996.

Lire la suite


2 Commentaires

SPECTACLE- Le Banquet, mariage, beaufitude et beuverie si affinités

Gros buzz sur ce spectacle qui se joue en prolongation au Theatre de Paris, rue Blanche.

J’ai assisté hier à une représentation de ce revival (signé Mathilda May ) de la commedia dell’arte, un genre grandement oublié.

Sur l’affiche, on voit que c’est surtout Mathilde May qui trone au milieu et non celui des comédiens

Avis mitigé sur ce véhicule habilement médiatisé, mais qui ne plaira pas à tout le monde.

Lire la suite


Poster un commentaire

CINE- Lettre à Franco, pour ne jamais oublier

Je pensais aller voir Parasite cet après -midi, mais finalement faute de temps, j’ai vu un film espagnol tout à fait intéressant, dont le titre français est  » Lettre à Franco » ( Mientras la guerra dure en VO) .

Le film d’Amenabar nous replonge dans les heures obscures de la guerre civile espagnole, et la montée de la dictature totalitaire catho-faschiste d’un général en apparence discret, Franco. Face à l’impensable, le grand écrivain Miguel de Unamuno, dans le déni, impuissant, incrédule, puis révolté , se questionne: survivre ou se révolter ?

Hélas un thème tristement toujours d’actualité.

Lire la suite


1 commentaire

CINE – BOULOT – Scandale, la culture sexiste à l’oeuvre

Scandale, ou Bombshell en VO, est assurément le film américain àvoir en cette saison pré-Oscars . Une remarquable description de ce qui se passa chez Fox News en 2016, sur fond de campagne électorale de Trump.

Comment l’omerta du harcèlement sexuel est tombée dans cette entreprise de médias cadenassée par quelques machos, grâce au courage de quelques femmes, puissantes ou anonymes, toutes terrifiées, inquiètes pour diverses raisons .

Lire la suite


1 commentaire

CINE- La Llorona, une fable implacable latinoaméricaine

Que de films intéressants ces temps-ci. Et il ny’ a pas que les sempiternels films à Oscars .

La Llorona de Jayro Bustamante nous emmène très loin, au Guatelama, un pays peu connu encore meurtri par les cicatrices d’une dictature sanglante en 1982-1983.

Officiellement classé dans le genre horreur, il s’agit en fait d’un drame psychologique intense, empreint d’une touche de fantastique , qui dénonce un génocide atroce et le sort d’une famille fossilisée dans le déni des crimes  » nazis » du père.

Lire la suite


5 Commentaires

SORTIE- Le Musée de l’Immigration , Porte Dorée

Voilà un musée méconnu qui vaut le détour , surtout qu’il est dans une partie de Paris tout à fait propice à une journée culture et détente au vert.  Je dirais même que tout citoyen devrait  voir ce musée une fois dans sa vie.

Situé Métro Porte Dorée à Paris, ce musée évoque l’histoire de l’immigration moderne en France. Un thème plus que jamais d’actualité. Car nous sommes tous des immigrés.

Lire la suite


Poster un commentaire

CINE- Sorry we missed you: dans l’enfer des gilets jaunes anglais

Tout comme Woody Allen, Ken Loach n’a pas son pareil pour nous faire découvrir un univers social, par des dialogues ciselés et une intrigue adaptée ( de Paul Laverty) , cocasse et si ironiquement acide. Le tout servi par des acteurs au cordeau, parfaitement dirigés. C’est à cela qu’on reconnait les maîtres du cinéma.

Là où Allen reste dans le léger, préférant s »épanouir dans le portrait satirique de l’establishment newyorkais ou hollywoodien, Loach nous embarque toujours dans les âpres abysses des classes laborieuses, ces braves gens bien élevées qui veulent juste gagner leur vie, victimes de veules capitalistes sans foi ni loi, en l’occurrence à Newcastle , où une famille de gilets jaunes se bat bravement pour survivre dans l’ubérisation aliénante de notre époque en digitalisation accélérée.

Lire la suite