L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more


Poster un commentaire

CINE-Celle que vous croyez, jeux de dupes et réalités multiples

Adaptation d’un roman de Camille Laurens, ce film de Saffy Nebbou nous plonge dans les affres de la passion virtuelle avec Juliette Binoche qui y incarne une prof de littérature , éperdue dans une quête de confiance et d’amour.

Juliette Binoche y est absolument époustouflante, sans botox ni artifices caricaturaux.

Le film, jonglant entre mystère et sensualité, s’avère aussi riche en questions autour de la relation numérique et du jeu du fantasme, un jeu qui semble très dangereux, ou pas.

Lire la suite

Publicités


Poster un commentaire

CINE- Greenbook, un dandy et un bourre-pif au delà du racisme ordinaire

Un agenda serré et des problèmes de dos m’empêchent de bloguer comme prévu. Que de posts à partager.

Le Printemps du cinéma bat son plein et le dernier jour tombe ce mardi. Outre Grâce à Dieu, Greenbook et Celle que vous croyez me paraissent des options vraiment intéressantes. A 4 euros, ça vaut vraiment le coup.

Greenbook va vous séduire par ce duo yin et yang entre un bourre-pif Italien du Bronx mal dégrossi et un dandy star de la musique classique, afro américaine. Acteurs hors pair et scénario bien bâti, un beau film oscarisé à juste titre en dépit de la polémique locale.

Lire la suite


Poster un commentaire

CINE- Pourras-tu me pardonner un jour ? Dans le monde de Lee

Ces temps-ci, les films de reines sont devenus la nouvelle mode. Celui-ci ne nous présente pas de femme de pouvoir. Mais plutôt une artiste occulte pas comme les autres. Melissa Mc Carthy s’avère admirable dans ce film qui évoque les méfaits réels de l’écrivain Lee Israel, une incroyable faussaire litteraire.

Réalisé par Marielle Heller, Pourras-tu me pardonner un jour ? est un film remarquable, touchant, efficace, qui nous fait découvrir le monde d’une femme pas spécialement top model, au caractère revêche, mais brillante et pleine d’imagination.

Lire la suite


Poster un commentaire

CINE – PSY – Deux fils, des hommes en herbe

Deux Fils est un film qui paraîtra mineur au regard de l’avalanche de films à Oscars qui sortent ces temps -ci. Tranche de vie d’une famille de paumés, d’un père et ses deux fils, il pourrait paraître un énième film sans dramaturgie , pseudo bobo intello.

Qui est le père, qui est le fils ?

Néanmoins, il y a des pépites dans cette tranche de lose  surtout si la psychologie vous intéresse.

Lire la suite


Poster un commentaire

CINE- Grâce à Dieu, le choc

Malgré la polémique , les tentatives d’interdiction du film par l’Eglise, Grâce à Dieu a pu sortir sans encombres. Primé de l’Ours d’Argent à Berlin, le film de François Ozon nous met une claque en pleine figure en nous narrant le calvaire des victimes du Père Preynat, prêtre pédophile sinistre qui sévissait notamment chez les scouts.

Des hommes marqués à vie par le traumatisme

Tenant les promesses de la bande-annonce, le film bénéficie d’un scénario béton et d’un casting de rêve pour une histoire poignante, déchirante et énervante, sans larmoiements et violons grandiloquents. Une narration implacable et sobre digne de Spotlight.

Lire la suite


Poster un commentaire

CINE- Sorry to bother you, vertueusement dérangeant

Son réalisateur Boots Riley voulait que ce film mette mal à l’aise , eh bien, c’est réussi et à raison. Il a su ménager ses effets entre la bande-annonce qui annonçait une satire sociale américaine bien aiguisée et l’hyper-réalité d’un film qui ose déranger. Se déclinant en tiroirs au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire, le film ne cesse de maintenir son auditoire sur la brèche, le prenant de court dans l’acte final.

Drôle mais stressant, rigolo mais angoissant parfois, oscillant entre thriller d’anticipation et satire sociale , l’OVNI Sorry to bother you ne vous laissera pas indifférent.

Lire la suite


Poster un commentaire

CINE- Fai bei sogni, Fais de beaux rêves

Mieux vaut tard que jamais. Dans l avion, j ai eu l opportunité de voir Fai Bei Sogni ( Fais de beaux rêves) , un remarquable film italien de 2016 de Marco Bellochio.

Il adapte au cinéma le livre autobiographique de Massimo Gramellini, dont l histoire d enfance émouvante fait réfléchir. Douleur de la perte, cancer du secret de famille, tabou du deuil, carence d affection, impact du traumatisme , autant de thèmes traités avec pudeur, sobriété et intelligence par les auteurs et un casting brillant.

Lire la suite