L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

JARDIN- Quelques idées de légumes oubliés

Poster un commentaire

Quelques instants de paix dans ce monde de brutes. Faisons une pause au jardin, l’espace d’un instant.

Pourpier ( Willemse)

Vous avez envie d’enrichir votre vie de jardinier gourmet par des espèces introuvables et originales ?

C’est par ici.

Il parait que 25% des légumes consommés dans ce pays viennent des potagers amateurs. Profitons-en pour cultiver pour le plaisir, pour économiser ( surtout si le légume coute cher sur les étals) ,  mais aussi pour redonner une place aux espèces oubliées, anciennes , introuvables en magasins.

 

Le persil tubéreux

On trouve pléthore de persils plats et frisés dans le commerce, mais quid du cousin tubéreux ? Il n’a pourtant que des qualités, étant entièrement comestible.

Si le panais a retrouvé une place sur les étals en l’espace de 10 -15 ans, le persil tubéreux est encore rare donc précieux. Pour l’instant il reste au niveau de tables étoilées où il amuse les palais amateurs d' »exotisme exclusif ». Pourtant, il n’a rien d’exotique et de plus en plus de grainetiers le proposent désormais. Il sera le prochain panais, je suppose, prêt à revenir en force. ( Il existe aussi un cerfeuil tubéreux mais je n’ai encore pu tester).

J’ai acheté des graines chez Kokopelli et elles viennent à peine de germer. Le temps de germination est long et peut aller jusqu’à un mois, mais ils ont germé en une semaine dans mon cas. Avec la chaleur actuelle, profitez-en. Je réalise en lisant Rustica que j’ai par hasard semé en lune montante, ce qui pourrait expliquer la bonne levée actuelle.

Il n’a pas d’ennemi, s’avère vivace ( même si on le traite en annuel puisqu’on le récolte à l’automne). Il se combine en culture avec les tomates .

NB- Vous vous souvenez des semis faits pendant le confinement à partir de graines de tomates bio ? Les plantules ont été repiqués il y a 2 semaines, et prospèrent comme prévu en mai après les gelées et saints de glace.

Si le persil tubéreux ne se vend guère, probablement parce que les gens ne le connaissent pas encore, les graines sont disponibles chez de nombreux grainetiers ( Kokopelli, Ferme de Ste Marthe, . Le sachet contient une myriade de graines minuscules toutes fines. Il y a largement de quoi faire.

Bien sûr, ne pas confondre avec le persil dit chinois ou arabe qui correspond à la coriandre.

 

Le pourpier maraîcher

Voilà une espèce qu’on  ne trouve pas dans le commerce couramment, qui vaut le détour.

C’est un pourpier légume très agréable et riche en nutriments, excellent pour la santé, connu depuis l’Egypte antique. J’avais dégoté des graines jadis au marché aux fleurs d’Amsterdam. Idem, les graines sont très fines.

Elles donnent des ribambelles de pieds de pourpiers comestibles. On dit la plante rampante mais si vous la récoltez à 20-25cm elle sera encore droite. Cela donne des tiges succulentes portant des feuilles vertes.

La culture est facile, rapide, aucun effort particulier ni d’ennemi notable. C’est aussi économique en eau, car la plante résiste naturellement à la chaleur.

Je dirais que le seul challenge est d’essayer d’espacer au semis,  car les graines germent très bien, et sont si fines qu’on a vite fait de saturer un carré de plantation sans le voir. J’avais semé à la volée et j’avais laissé tout le monde pousser sans éclaircir , éclaircissant seulement à la récolte des zones les plus serrées.

Ne pas confondre avec les pourpiers d’ornement, noms qui correspondent à diverses plantes grasses florifères très résistantes à la sécheresse. Egalement des solutions très tendances en ces temps nouveaux d’économie en eau.

Je ne vais pas la recommander comme formidable car elle dépend des préférences de chacun. La bourrache espagnole ( borraja), est un légume très commun à un euro la botte en Espagne,  d’énormes troncs empilés sur les étals navarrais et surtout aragonais ( les deux régions revendiquent ce légume dans leur patrimoine culturel), mais si elle est plaisante culinairement, le ratio effort – goût me parait limité,  on perd beaucoup en brossant ou pelant les plants issus de ces variétés maraichères proches de celle officinale à fleur bleue. Je n’avais pas obtenu de gros troncs comme cette année ( en laissant monter à fleurs).

J’avais donc essayé l’an dernier à partir d’un paquet de graines de jardinerie espagnol, et elles se sont ressemées cette année, maisj’ai eu  la flemme d’ aller la récolter; beaucoup de boulot de préparation pour finalement un intérêt gustatif limité , autant la laisser aux abeilles qui adorent cette plante très mellifère. Les fleurs blanches sont  vraiment en surabondance. Ces variétés maraichères sont sélectionnées pour monter à fleurs et à graines plus tard que l’officinale bleue, mais aussi pour avoir moins de poils… mais tout de même, il y en a pas mal, on doit peler les tiges ce qui fait qu’il reste seulement le coeur du plant.

Vous pouvez cliquer ici pour lire un article de blog qui vous explique de quoi il s’agit en Aragon, région où j’ai aussi découvert la bourrache légume. Vous pouvez essayer sans grand risque; la bourrage est mellifère et un excellent engrais vert riche en potasse, idéal pour les tomates par exemple. Quand la plante a fini son cycle, vous pouvez l’arracher et la composter ou la mettre au pied de tomates par exemple. Elle se ressème très facilement car elle est à coup sûr pollinisée.

.

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s