L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

LIFE-PEOPLE- Y a t-il une English Rose à la Firme ?

3 Commentaires

Enfin, voici le moment venu de se détendre un peu en se penchant sur un sujet vraiment très « crucial ».

Lors de posts précedents, nous avions découvert les arcanes des styles  All American et English Rose, qui sont aussi des manières d’être.

L’English Rose est supposément l’incarnation de la femme anglaise et de la beauté à l »anglaise. Qui de mieux pour l’incarner que les dames Windsor.

Mais y a t il (encore) une English Rose à la Firme ?

Historiquement,  les rois et les reines étaient ceux qui lançaient les modes, les tendances artistiques dans tous les domaines : architecture, mode, beauté. Ils incarnaient des modèles que tout le monde voulait imiter, de la haute noblesse à la bourgeoisie.

L’English Rose est un archétype féminin qui n’a vraiment émergé qu’au XIXè siècle. Auparavant, la mode était au maquillage chargé. Sans remonter jusqu’à Cléopâtre, on peut déjà s’arrêter à la Renaissance.

Depuis le Moyen-Age, outre se blondir les cheveux ( si besoin à l’urine et au soleil à la vénitienne) , la beauté des dames se limitait au blanc tartiné sur tout le visage. En effet, les gentes dames voulaient un teint aussi clair que possible afin de se distinguer des paysannes tannées par le soleil. La finesse de la peau, le teint clair, étaient des marqueurs d’élégance. ( mais il fallait éviter l’excès de blush ou de rouge, signe de dépravitude).

Masako du Japon

On retrouvait aussi ce marqueur en Extreme Orient où on appréciait un teint « de jade blanc », que ce soit pour les hommes ou les femmes. Ceci n’empêcha pas le maquillage féminin d’être très couvrant « style geisha ». Le rouge sang aux lèvres ne posait pas de problème là bas.

Cette mode de la peau opalescente reste en vigueur en Asie ( continent encore très rural) , même si on commence à voir quelques jeunes femmes de la classe aisée ( Japon, Chine), commencer à bronzer au soleil à la piscine….elles sont plutôt sportives , à mon avis influencées par la mode All American. Le bronzage semble conférer une aura solaire. Mais cela reste une minorité.

L héritage

Revenons à la Renaissance en Europe,où  les reines misent sur un teint blanc quasi plâtreux. De nos jours, ce serait jugé vampire blafard.

Virna Lisi incarne Catherine de Medicis dans « la Reine Margot » »

Elles n’arborent qu’un teint blanc, puisque le fard à joues et le rouge trop vif sont considérés diaboliques et dépravés par le clergé depuis le Moyen Age. Catherine de Médicis et Elisabeth Ière arborent des fonds de teint opaques , y compris sur les sourcils. C’est un make up qu’on qualifierait de clownesque de nos jours.

Cate BLanchett et Margot Robbie ont été maquillées à l’occasion d’incarnations cinématographiques  de la Reine Elisabeth Ière. Avec le temps, la reine Elisabeth devient très addicte au blanc , surtout après qu’ à 29 ans, elle contracte la petite vérole qui lui laisse des cicatrices. Le problème est qu’en ces temps reculés, les cosmétiques étaient toxiques et le blanc contenait souvent du plomb et autres métaux lourds. On soupçonne qu’elle en est morte comme nombre d’autres femmes trop coquettes.

Les gens avaient peur des poisons, mais pas spécialement des produits cosmétiques qui resteront toxiques jusqu’au XIXème siècle, l’inocuité n’étant pas vraiment une préoccupation, à une époque où on ne savait même pas ce qu’était le microbe ou l’aseptie, et ne parlons pas du cancer. On mit un temps fou à réaliser que le tabac et d’autres subtances étaient cancérigènes.

Un siècle plus tard, tout le monde suit la Cour de Versailles, capitale des modes.  La mode est au maquillage de pantomime, toujours blanc blafard opaque, mais désormais, on se farde de nouveau à outrance, on se poudre la figure et la perruque. Les hommes et les femmes se parfument, se poudrent, se tartinent, se collent des mouches, portent des talons bobines.

Au XIXème puis au XXème, la tendance va vers plus de sobriété en quantité.

A l’époque de Victoria, il n’est pas élégant de trop se maquiller, il faut sembler transparente, quitte même à se dessiner des veines au crayon lavande. Etre trop fardée est aussitôt considéré dégoutant et de mauvaise vie.  La Reine Victoria préfère le nude. L’English Rose émerge donc au UK.

Emoly Blunt est la jeune reine Victoria, l’English Rose apparait

En passant, je remarque ici une ressemblance avec une princesse d’York très actuelle.

Je comprends mieux pourquoi on lui a donné cette figuration clin d’oeil dans le film.

Elisabeth II est un cas intéressant. Elle incarne une transition entre ancien temps et modernité . Elle suit probablement la tendance amorcée par sa mère Queen Mum et sa grand-mère, la Reine Mary, épouse de George V.

Queen Mum et Margaret, ont pioché dans la même trousse de maquillage

En photo bien retouchée, Lilibeth offre l’image d’une English Rose typique, teint de nacre,  lèvres rosées ( ce serait une teinte créée par Clarins pour son couronnement)  et maquillage des yeux léger.

Dans le réalité, elle arbore un teint quelque peu opaque  et démodé pour un vrai English Rose.  On voit ci-dessous que le poudrage est excessif, digne de l’époque de Marie-Antoinette. On semble remonté quelques siècles en arrière.

On voit ici la transition de poudre entre le haut du cou et le reste du cou, c »est un flop.

Elisabeth abuse du blanc de Chanel et de la poudre libre visiblement. On dirait du talc.

Lilibeth est naturellement qualifiée d’English Rose en tant que Première Dame anglaise, mais dans les faits son maquillage n’est pas un vrai English Rose, c’est une variante royale unique comme son accent RP Conservateur. C’est un All English.

Lilibeth pratique un maquillage qui peut faire peur selon les éclairages. Avec les temps grises, c’est saisissant.  On dirait que Lilibeth se croit encore ado à Windsor jouant les contes d’Aladdin sur scène.

Sa soeur Margaret suit la tendance. Bien blanc, bien poudré au niveau du visage. Le white tie semble supposer les gants blancs mais aussi le white face.

La démarcation est plus légère ci dessous, du fait du collier et du filtre photo.

Mais tout ceci va évoluer.

L’American Dream déboule dans le monde entier et la mode est au plein air, à la plage, au soleil.  Les stars et pin ups de Hollywood sont à la mode. On bronze désormais pour montrer qu’on a les moyens de partir en vacances. Le All American débarque également à la Firme.

Gina n’a pas changé d’un iota depuis ses débuts

Ci-dessous, Margaret tente un look à la Gina Lollobrigida dans Trapèze. C’est la mode Hollywood avant l’heure. Margaret se laisse griser, se la jouant Liz Taylor.

Margaret adore passer ses vacances au soleil de Moustique. Elle se libère et ose le bronzage années 70.

Personne ne dit rien car depuis qu’elle n’a pu épouser l’officier divorcé Peter Townsend, LIlibeth se sent coupable et laisse sa cadette faire tout ce qu’elle veut, que ce soit toy boys ou arrogance, caprices, extravagances diverses.

Lilibeth reste fidèle à un look, immuable. Elle est fonctionnelle. Margaret est plus « modeuse ». Elle tente volontiers des rouges à lèvres fluo ou des fards nacrés.  Margaret amorce une transition avec le All American sans  aller jusqu’au bout cependant.

En fait, avec un teint aussi poudré et opaque, Lilibeth persiste dans une forme unique que je baptiserais Royal All English.

Mais attention, regardons la duchesse de Kent, qui elle aussi mixe ici le All American avec un teint archi tanné ( marques de lunettes incluses) et la sobriété d’un maquillage nude English Rose. L’English Rose blonde a la peau fine et le soleil fait des dégâts. On voit ici que sur un tannage pareil, ce n’est pas facile de retrouver une mise en beauté English Rose car il repose sur la transparence du teint. Le All American  requiert en revanche  un travail du teint qui peut être lourd.

La duchesse, qui a  totalement quitté la vie publique pour raison de santé, montre ici un visage plus habituel.

Anne , une femme nature qui n’aime pas les chichis, amorce un retour vers un English Rose plus naturel.

On voit la différence nette d’approche entre mère et fille.

Anne n’aime pas le blanc plâreux et arbore des mises en beauté plus conformes aux canons de l’English Rose.

Pour Vogue, elle fait tout de même une incartade et se la joue star américaine en 1973 le temps d’une séance photo glamour.

Globalement, Anne prefère les mises en beauté légères.

.

L’autre femme qui incarne une English Rose équilibrée, c’est la princesse Alexandra de Kent, cousine germaine de la Reine. Même en tenue de gala, elle reste sobre sur le fond de teint et les yeux. Elle a le sens de la mesure et du style. C’est la cousine préférée de la Reine qui la considère son égale.

A Ascot, les deux cousines montrent une différence d’approche. Lilibeth se poudre beaucoup plus. Elle n’a jamais fait mystère de son souhait d’avoir quelque chose qui tienne toute la journée, pour éviter les retouches et qu’une goutte de sueur ne vienne ruiner son allure. Tout est poudré, cheveux et visage : si ce n’est pas du Marie Antoinette. Les cheveux sont aussi laqués à mort pour que Lilibeth ne soit pas dérangée dans son travail. Elle vit de rituels mode et beauté figés, elle ne cherche pas spécialement à changer ce qui marche..tout comme sa mère, fidèle à des looks immuables…qui évoluent de façon quasi imperceptible avec les décennies. Leur coquetterie reste fonctionnelle, contrairement à Margaret, plus joueuse.

Diana, Fergie et Sophie Rhys Jones généralement choisissent un look English Rose naturel, dans la tradition.

Années 80 obligent, en plein période Dynasty et Dallas, Diana  avait développé un goût pour le mascara turquoise, pas officiellement jugé idéal pour des yeux bleus, mais elle restait très sobre en général. A la vérité, on distingue des marqueurs du All American, par un teint en fait assez couvrant mais bien fondu.

Fergie est dans la même veine, elle choisit une tendance sobre. Le teint est assez couvrant car ses taches de rousseur sont gommées. Mais le teint reste naturel et fondu, les yeux légers. En attitude, la rieuse Fergie fait assurément All American, d’ailleurs, elle adore les USA où elle sévit sur les chaines de télé achat.

Fergie se situe entre les deux styles en général.

Cela correspond à sa culture et à sa personnalité.

Troisième bru de la Reine, et sa préférée, Sophie Wessex est l’incarnation royale  de l English Rose dans toute  sa splendeur.

Son teint reste assez transparent pour laisser transparaître les taches de rousseur.

. Les yeux et les lèvres restent sobres. Même halée, on ne voit pas de couvrance excessive.

L’English Rose de la Firme après Alexandra de Kent, c’est elle. Cette mise en beauté en apparence simple rehausse la beauté naturelle de ces dames

Mais place aux plus jeunes dames de la Maison Windsor….

Nouvelle générations: le règne du All American

Les nouvelles générations de princesses sont plus sportives, elles aiment le soleil.

Quid de Kate, la future reine consort ? Qu’en pensez-vous ?  English Rose ou All American. ? .. ( je vous donne 5 secondes).

Les soeurs Middleton sont des femmes athlétiques, ultra sportives. Kate fut capitaine de son équipe de hockey sur gazon ( ils appellent cela lacrosse) . Kate reste adepte du bootcamp , du yoga, du vélo, du tennis, et des sports nautiques pratiqués jadis sur l’Ile Moustique  ou à St Barth, lieux de vacances préférés des Middleton.

Les soeurs Middleton, tout le monde le sait, adorent le sport et le soleil. Pippa fut fana de marathons à pied ou à vélo y compris dans le désert.

Kate a été historiquement la première membre de la Firme à pratiquer le fake tan, une tendance cosmétique très appréciée Outre-Manche. L’English Rose des nouvelles générations ne veut plus être pâle et nacrée,  elle veut avoir le teint de miel d’une déesse du soleil d’ Ibiza ou St Barth. Elle vole en jet privé vers la Corse ou Moustique. ( Kate avait arrêté le fake tan pendant ses grossesses cependant ( tout comme les teintures de cheveux) .)

Si Pippa  , la marathonienne, va au no- make up , Kate est une perfectionniste car elle est bien plus exposée aux regards de la foule.

Des deux Cambridge , en fait, c’est Wills l’English Rose et Kate l’All American. Idem chez les Sussex.

Elle est la bonne élève de la Firme et veut s’assurer de ne faire aucun faux pas. Meilleur accent RP que son mari, jamais une confidence à la presse, aucune fuite via des amies, et un make up qui couvre bien et ne laisse rien au hasard. Le All American a une vertu, c’est que c’est du clé en mains. On suit le tuto , y a du boulot pour poser les couches successives, mais on est tranquille après. Le produit fait le boulot. Le point critique, c’est davantage où appliquer le produit , où le placer.

L’English Rose suppose le dosage et non la superposition. C’est l’art subtil du choix.

Kate a eu des mésaventures de jupes qui volent, mais en make up, elle couvre tout ce qu’il y a à couvrir. C’est vraiment un habillage sécurisant pour elle, qui doute souvent, et qui manquait de confiance à ses débuts, faute d’expérience professionnelle personnelle.

Une rare moment de Kate plus naturelle, cela la rajeunit

Son mari a été ambulancier sauveteur, mais elle n’a jamais fait qu’un mini stage d’acheteuse assistante, avec horaires de funemployed. C’est la Reine qui lui souffla de faire quelque chose de caritatif à l’hôpital près de chez elle, tant elle était oisive. Elle faisait aussi des photos pour le catalogue de l’entreprise familiale ( encore sous la houlette de sa mère) .

Kate suit sa mère, assurément même dans le All American.

Il y eut surtout le cerclage de Mamie Middleton même à son mariage. Et un teint bien couvrant, bien bronzant, poudre soleil, illuminateur, fond de teint, blush.

Kate maquille surtout les yeux et a la sagesse de ne pas en rajouter sur la bouche.

Même à 8H du matin sur la BBC, elle est au taquet.

Pour une téléconférence avec des enfants de soignants, elle a tout prévu. C’est assurément une femme All American.

Kate a allégé son maquillage depuis l’arrivée de Meghan,  mais garde un teint couvrant et un style très All American. Son tempérament convient bien aussi à ce style, toujours rieur, sportif, tonique, toujours d’attaque. Rien à voir avec l’English Rose, plus discrète, petit sourire et allure un peu mystérieuse et romantique, tout en délicatesse.

Dans la posture, Kate est All American, gaie et expressive

Kate a été à bonne école avec Super Carole. Dans le couple Middleton Senior, c’est Michael l’English Rose, comme chez les Cambridge.

Carole est sportive, hâlée, souriante, tonique, toujours joyeuse et dynamique. C’est une self made woman aussi .

Elle s’est récemment instagrammée livrant des objets de fêtes de son entreprise Party and Pieces ( concept qu’elle a créé ) à des hôpitaux. Pas de Michael en vue.

Au moment où Meghan arrive, Kate se rénove. Elle change sa fameuse pose Kate nr 1 pour adopter de nouvelles poses plus royales.  Elle abandonne le cerclage maternel pour oser des yeux dégagés mais toujours très travaillés.

En fait, Kate et Meghan ont chacune un point commun qui les unit plus qu’on ne le croit: le All American.

Certes, elles essaient de le moduler car la version diva Hollywood serait excessive pour une princesse royale.

Meghan a un teint couvrant qui neutralise ses taches de rousseur. Elle adore les faux cils , même de jour ( Kate ne les dédaigne pas non plus) . C’est nouveau à la Firme.

Meghan le soir , c’est un festival red carpet. Meghan sort le grand jeu.

Meghan et Kate aiment le look de la perfection. Elles ont une approche plus sobre , plus nude ( sur les lèvres notamment), plus hybride de l’English Rose , mais cela reste vraiment All American, très couvrant, hâlé, très chargé aux yeux. Pour Meghan, c’est vraiment sa culture natale de la beauté, elle vient de Californie et de Hollywood.

Néanmoins, exception, Meghan accepte quelque chose de plus English Rose pour sa couverture de Vanity Fair (sortie avant l’annonce de ses fiançailles) . Une façon métaphorique de montrer à la Firme qu’elle pouvait s’adapter culturellement et quitter sa panoplie hollywoodienne…qui revint aussitôt son emménagement au UK.

Au quotidien au boulot  , Meghan adopte comme Kate une mise en beauté couvrante , yeux chargés , faux cils, blush marqué , etc.

Notons que les deux femmes ont été raillées par l’establishment anglais et la presse pour être ‘nouveau riche ». Pour Kate , c’était son côté héritière oisive de parents nouveaux riches,  ce que l’on reprochait aux Américains jadis, et pour Meghan, ses origines hollywoodiennes, sa carrière d’actrice. Elles sont démonstratives, parlent avec les mains, rient aux éclats. Toujours un sourire aux lèvres quoi qu’il arrive.

Le rire est défensif pour Kate, anxieuse, nerveuse, timide. Elle a mis des années à prendre confiance. Le All American est une armure.

Chez Meghan, c’est celui de la vraie femme All American sportive, conquérante, la pom pom girl toujours heureuse, sure d’elle, de sa séduction américaine. Ceci n’a pas toujours été compris. Le sourire est une forme de politesse et d’élégance en Amérique.

Comme on avait vu lors de l’article dédié au style All American, derrière ce désir d’être toujours au top, heureux et pêchu, se cache régulièrement une anxiété de ne pas être assez bien, une faille narcissique.  On l’a vu, elle a rapidement craqué face aux critiques et aux nons qu’elle essuyés.

Néanmoins, elle a régulièrement modulé son All American pour aller vers un intermédiaire plus nude, surtout quand elle était enceinte.

Avec son ami maquilleur , elle a toujours arboré un make up élaboré et bien réalisé. Par contre dans le sourire éclatant , l’affichage du corps de déesse révélé , elle a généralement maintenu sa préférence bras et jambes nues, ne pouvant aller jusqu’au décolleté plongeant des copines.

Kate n’affiche pas trop son corps dénudé comme sa posture n’est pas vraiment assez athlétique et tonique ( malgré tout le yoga et le bootcamp) ,  sauf quand ses jupes volent.  Il y eut aussi le cas des photos volées d’elle topless dans le Sud de la France , où l’on vit ses gants de toilette certes couleur miel. Kate a tenté les jupes patineuses, mais elles volaient au vent.

Le corps n’est pas dénudé mais il est affiché fièrement

Les jeggings n’étaient pas forcément l’idée la plus royale, même si révélant un corps tonique et sculpté par des heures de sport.

Kate aime le maquillage All American, mais n’a pas la posture corporelle qui va avec,  et que Meghan bien sûr possède, étant née dedans et étant actrice.

Ces princesses consorts sont les premières femmes typiquement All American de la Firme. Margaret ou Anne ont pu porter des make up de ce style le temps d’une photo, mais cela n’a jamais été leur image habituelle.

Meghan étant bien sûr plus experte que Kate en posture All American, elle a forcément attiré davantage les remarques. La pauvre, n’a pas dû comprendre ce qui lui arrivait, en décalage culturel du début à la fin. Son erreur, essayer de changer sa famille et son pays d’adoption au lieu de commencer par découvrir les lieux en douceur. C’est une erreur très commune en expatriation. J’en reparlerais dans un post spécial.

Zara Tindall est une femme véritablement sportive, championne olympique au grand air. Elle est aussi nature et joyeuse.

Elle aussi apprécie un hybride All American English Rose.

Mais en look naturel, elle est une English Rose parfaite, avec un léger gloss .

Zara disait avoir appris de sa mère que l’essentiel était d’avoir l’air propre et pas en désordre, et c’est le cas. Ses tenues sont parfois bourrines et loufoques, mais elle évite d’en faire des tonnes en maquillage. Heureusement…

Le plus stylé des deux reste le cheval

En tous les cas, la future reine sera à mon avis All American.

Je ne parle pas de Camilla, mais bien de Kate Middleton.

Même pour une course privée incognita en librairie , elle est All American, signe que c’est vraiment son style préféré au quotidien.

Pour sa photo d’anniversaire, elle opte aussi pour ce type de mise en beauté. C’est assez  incongru de porter autant de mascara dans la forêt, mais c’est Kate. Disons que cela se voit de loin . Le All American est un look pour photos car couvrant et voyant. Il est très prisé des mariées et influenceuses d’ailleurs.

Pose English Rose bien sage, maquillage All American

Cela correspond à ses aspirations, et elle a le profil de sportive au grand air.

Dans le Gotha, elle n’est pas la seule. C’est ce que nous verrons dans un autre article plus international …

La relève  de l’English Rose sera t elle assurée par Charlotte ? A suivre.

 

.

 

 

 

3 réflexions sur “LIFE-PEOPLE- Y a t-il une English Rose à la Firme ?

  1. Merci pour cet article très instructif sur les « teints de rose anglaise » et leur évolution ! Ce n’est pas vraiment le style de Kate, en effet…
    En Europe, je pense à Stéphanie de Luxembourg (maman ces jours-ci) qui correspond bien à cette description, maquillage léger, cheveux clairs , qu’en pensez-vous ? Et j’allais oublier Mathilde de Belgique, aussi !

  2. Pingback: PEOPLE- Kensington Confidential, des princesses et des serviteurs ( partie 2) | L'effet colibri, the hummingbird effect

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s