L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- Luxembourg, les couteaux sont tirés pour le Mestrexit

Poster un commentaire

Au Luxembourg , le rapport Waringo continue de créer des ondes de chocs dans la mare royale. Un pavé énorme qui a déclenché une bataille médiatique rare dans ce pays réputé discret et tranquille.

A ma gauche, le gouvernement mené par Xavier Bettel, à ma droite le grand-duc Henri et ses amis.

Mais les amitiés « médiatiques » du couple royal peuvent-elles faire quelque chose pour excuser les données implacablement compilées par le modéré M.Waringo, ex inspecteur des finances ?

Maria Teresa risque désormais le Mestrexit.

  • Confusion des genres
  • Maria Teresa, la Châtelaine
  • Passer d’un style artisan commerçant familial à une SARL
  • En route pour un Mestrexit ?

Jeannot Waringo , ex inspecteur des finances, est désormais un nom historique au Grand-Duché. L’inspecteur émérite a repris le stylo pour aller auditer les recoins de l’administration royale luxembourgeoises, un acte inédit dans le petit royaume.

Le pays de seulement 600K habitants , bruisse de mille commentaires. La monarchie, jadis très plan plan fait soudain plus que jaser.

La transparence est tout d’abord une condition essentielle pour permettre aux citoyens de participer à la gestion des affaires publiques. ( Rapport Waringo)

Offensive gouvernementale ou non, le rapport Waringo est officiellement en ligne, en toute transparence sur le site de l’Etat. Saluons cet exemple de démocratie qu’on aimerait voir ici.

Le roi de Suède est bien plus audité et surveillé qu’Henri

Il démarre par une analyse des fonctionnements de 3 autres monarchies, Suède , Belgique et Pays Bas. Une initiative intéressante .

Waringo décrit tout d’abord les budgets, les organisations RH et les prérogatives de ces souverains. Les passionnés pourront analyser et observer les subtiles différences de rôle entre Carl Gustav et Willem Alexander ou Philippe. Cela met la pression, car le Luxembourg est le3e Etat du Benelux, on le compare naturellement à ses voisins.

Maxima et Willem reçoivent un traitement mensuel

Vient ensuite la monarchie luxembourgeoise.

Aussitôt, on remarque l’énormité de son budget de 10.6 millions, ( pour 600K habitants), versus les 36 millions des rois Belges (11.5 millions d habitants).

Waringo signale en gros que la gestion pose problème sur plusieurs points clés.

Il préconise déjà une séparation nette des comptabilités liés à l’administration des biens d’Henri et celle de ses fonctions officielles. ceci étant valable aussi pour la gestion du personnel, séparé en catégorie officielle, soit privée.

Waringo demande la création d’une vraie Maison du Grand-Duc, sorte de cabinet qui gère ses fonctions officielles , et rien d’autre.

La création de la nouvelle institution « Maison du Grand-Duc » permettrait, à mes yeux, de faire également un pas décisif en direction d’une plus grande transparence des activités de la Cour.

Visiblement, actuellement, tout est mélangé , entre ‘foyer et boulot’...ce qui permet à Maria Teresa de prospérer comme tyran domestique ( un problème de comportement en soi), mais de s’ingérer dans un peu tout en même temps, se payant ainsi son site internet à sa gloire sur le denier de l’Etat. Elle a son excuse aussi, on le verra plus bas.

L’avenir de la maison royale

La monarchie luxembourgeoise a besoin de grandir et fait sa crise d’adolescence. N’oublions pas qu’en 1997,le pays comptait à peine 360K habitants, et maintenant 600. On est encore dans une sorte de fief , tout petit. La maison royale a besoin de passer du petit commerçant familial version auto entrepreneur à une PME structurée avec une comptabilité claire, et une équipe de gestionnaires professionnelle .

Actuellement il n’existe au Luxembourg pas de reporting systématique sur l’exercice des missions officielles de la Cour, ni sur l’utilisation des dotations budgétaires.

Waringo loue les monarchies de référence citées, toutes plus transparentes et donnant plus d’informations sur les activités de la Cour. Par ailleurs, les dotations payées au roi et à la reine en traitement mensuel. L’idée est de responsabiliser et de rendre le peuple plus  » participatif »…. Waringo sait policer son langage.

Trop de passif ?

L’opacité de la monarchie luxembourgeoise a toujours été de mise, car même si vous allez sur place, vous verrez que c’est vraiment une monarchie invisible et discrète. Pas de relève de la garde, rien d’ostentatoire, et vous passez devant le Palais sans problème ( en fait, ils vivent dans un château hors de la ville) . C’est juste une grande porte sur un immeuble gris ancien dans une rue quelconque du centre ville.

Pas d’esbrouffe comme à Monaco où la monarchie est un show. C’est même très austère voire ennuyeux…à l’image de l’architecture locale. Par contre , je recommande de visiter la ville et son fameux Grund ( village ancien en contrebas d’une fosse géologique) qui est superbe.

J.Waringo passe en revue tous les coûts de la Maison royale, y compris les couts de fonctionnement additionnels de sécurité ( environ 1 million) et d’entretien des palais. Il remarque que la maison royale bénéficie toujours de la gratuité des services postaux et téléphoniques…alors que cela a été déjà abrogé depuis 1997( télécommunications) et 2000 ( poste) . Cela fait 10 à 15KE d’économies par an en frais postaux et 550 à 600KE par an pour la téléphonie…

Cette gratuité a pourtant été maintenue et ce en l’absence apparemment d’une décision formelle des instances compétentes en la matière.

La Maison royale bénéficie d’un budget hors norme au vu de la taille du pays, me semble t il. En gros, on arrive à 14 mllions tout compris ( moyenne 2015-2019).

Mais attention, passons au volet du personnel de la Cour, sujet annoncé comme hautement sensationnel par tous les médias dès le début.

D’emblée il importe de relever qu’auprès de la Cour il n’existe pas d’analyse sur l’effectif en personnel dont la présence est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de la Maison du Chef de l’Etat.

Cette question continue d’ailleurs de soulever la question de la séparation claire et précise entre le personnel qui est nécessaire pour l’exécution des fonctions officielles du Grand-Duc et le personnel qui appuie le Grand-Duc et sa famille dans leurs activités privées. Dans toutes les Monarchies cette question est régulièrement débattue et elle prêtera toujours à discussion. ( rapport Waringo page 25)

Il y a un mélange entre personnel requis pour des tâches officielles et les agents requis pour la vie privée de la famille royale.

Maria habille son homme à la cubaine, je crois, chemise et pantalon…trop large la chemise tout de même.

Le personnel a un statut fonctionnaire d’Etat, mais il y a ceux employés par la maison royale et celui venu en détachement, que ce soit du Ministère de la Défense, ou de la Culture ( les palais sont monuments historiques).

Les effectifs sont stables à environ 85-90 personnes. ( 93 prévues en 2020)

Cette quasi-stabilité de l’effectif doit toutefois être nuancée par la prise en compte des nombreux mouvements qui ont eu lieu au cours de la période sous revue.

C’est là que Waringo signale qu’il y a eu 51 départs sur 6 ans ( +17 à la retraite) , pour un effectif au maximum de 110 personnes. On a 8 fins de périodes d’essai, 16 démissions, 11 licenciements, 16 changement d’administration ( mutations, je suppose).

Le taux de turnover parait important surtout que sur ce type de postes, les gens tendent à être fidèles. Est-ce que bosser en horaires décalés, en weekends, a eu raison de la motivation d’un personnel qui peut trouver ailleurs, à voir.

La Maison royale a dû souffrir d’un grand charivari, car ce n’est jamais facile d’intégrer les nouveaux entrants, il faut les former, cela prend du temps. Ceux qui restent pourraient être lassés, épuisés par ces allers et venues incessants.

Waringo sait bien tourner ses phrases.

…je voudrais néanmoins dire que les entretiens que j’ai eus avec des personnes qui ont quitté leur emploi n’ont pas manqué de faire entrer progressivement des sentiments de désarroi dans ma façon de concevoir les relations humaines, qu’elles soient professionnelles ou privées. ( rapport Waringo, p28)

Waringo incrimine déjà le processus de recrutement « mal défini », qui occasionne forcément des erreurs de recrutement et des frustrations du personnel.

Si les collaborateurs se sentent constamment exposés à des pressions, réelles ou senties, leur comportement peut changer radicalement. Ces collaborateurs sont plus souvent malades, se sentent mal et recherchent plus rapidement un nouvel emploi.

Dès les premiers jours de ma présence au Palais, j’ai senti une certaine anxiété auprès des collaborateurs, comme l’anxiété d’être réprimandé ou de perdre leur emploi. J’ai senti une certaine peur du blâme, sans que les collaborateurs aient eu besoin d’exprimer ouvertement leurs sentiments.
Il y a des signes qui ne trompent pas.

J’ai remarqué, à tort ou à raison, que dans les échanges et discussions entre collègues, la jovialité et l’humour sont rares. Chacun est sur ces gardes et pèse ses paroles.

Manque de reconnaissance, absence de communication sur les développements de la Cour, le personnel se sent abandonné, désinformé, méprisé, même s’il est de bonne volonté et dévoué. Les » plus dociles et silencieux » seraient ceux qui récolteraient plus de compliments et d »évolution.

Cela nous rappelle hélas comment fonctionnent les entreprises toxiques, où plus on est servile, lèche bottes, plus on peut monter, signe d’un management débile, malade, toxique, idiot, ignorant, hors-sol. Je crois qu’on a tous vu cela au travail. Ou les mauvais recrutements qui augmentent la charge de boulot.

D’après les informations concordantes que j’ai pu recueillir, au cours de ma mission, auprès de très nombreux collaborateurs anciens et actuels de la Cour, les décisions les plus importantes dans le domaine de la gestion du personnel que ce soit au niveau du recrutement, de l’affectation aux différents services ou encore au niveau du licenciement sont prises par S.A.R. la Grande-Duchesse. ( rapport Waringo, page29)

Ils essaient de sauver l’honneur dans la presse étrangère, mais cela ne marche pas.

Maria Teresa est clairement mise à mal sur la partie gestion du personnel .

Je voudrais dire très honnêtement et au risque d’être mal compris que dans la chaîne décisionnelle du Palais, et surtout dans le domaine de la gestion du personnel, le rôle de la Grande-Duchesse qui exerce une fonction purement représentative ne devrait pas être un sujet de discussion. ( rapport Waringo, p29)

Waringo propose bien sûr de rationnaliser tout cela et de remettre la consort à sa place, qu’elle arrête de jouer les petits chefs.

Ceci dit, Maria Teresa se comporte juste comme nombre de châtelaines. Le châtelain ou la châtelaine décident ( souvent c’est la femme, vu qu’elle est maîtresse de maison, l’homme gère ses terres et ses fermiers avec son régisseur) . Elle ne se comporte pas comme dans une maison royale de monarchie parlementaire habituelle, comme on peut observer chez les pays voisins. On est plus en mode noblesse de château, hors institution d’Etat.

Il est possible que Maria Teresa ait copié ce qu’elle avait vu de Joséphine Charlotte avant elle.

Waringo et son commanditaire, Xavier Bettel, le Premier Ministre, propose juste de moderniser le système pour passer du château de nobles de campagne, à une vraie maison royale d’Etat, dans un cadre démocratique normal. On n’est pas dans le Golfe . On n’est pas obligé non plus de copier l’Agence Impériale Japonaise qui a l’inverse a un controle débilitant sur la famille impériale.

On dit que Maria Teresa ne s’entend pas avec Bettel, mais je pense surtout qu’il y a un gros malentendu et un désir de garder le pouvoir chez la grand-duchesse.

Même si elle a trop joué les chatelaines, on ne peut justifier son choix de stationner à Paris et de créer des dépenses inutiles, détacher le personnel sur Paris, etc. C’est déraisonnable et donne l’impresssion que c’est pour s’amuser.

J’ai vécu au Luxembourg jadis pendant 1 an et j’ai malheureusement fini à l’hôpital ( public) une fois pour un phlegmon puis les amygdales , je peux vous assurer que les structures sont au top, et pas de queue aux urgences. Je n’ai jamais revu la même chose en France. Le Luxembourg est petit et opulent et possède une sécurité sociale excellente, parfaitement gérée. Il y a plusieurs hôpitaux privés top niveau là bas, très chers, mais nul besoin pour Maria d’aller à Paris. Il aurait valu moins cher de faire venir le chirurgien de Paris là bas même une journée.

Henri est sorti des bois pour défendre sa femme via un communiqué, en plusieurs langues, y compris en langue espagnole, puisque sa femme est d’origine cubaine. Je parie qu’il pense sincèrement que sa femme faisait juste son job de châtelaine, signe d’un manque flagrant de modernité. Il a seulement 64 ans mais semble très vieille école.

Je signale au passage que l’aînée de sa fratrie est Marie Astrid de Luxembourg ( devenue archiduchesse en épousant un Habsbourg) . Encore un dégat de la loi salique, qui a depuis été abrogée en 2011.

Stéphane Bern , fameusement franco luxembourgeois , soi-disant Fou du Roi ( d’Europe1) qui perce des Secrets d’Histoire pour France Télévision, n’a pas hésité une seconde pour prendre la défense de sa bien-aimée duchesse préférée. ( Meghan va être jalouse) .

«Je pense qu’elle mérite autrement plus de considération que ce que ces petits journaleux ont bien voulu écrire sur le fonctionnement de la Cour.» ( Bern)

Résultat, il est ridicule et en a perdu sa pige au Quotidien ( un de ses nombreux jobs) , le grand journal local qui lui n’a pas hésité à couvrir l’événement professionnellement. Bern est de plus en pathétique, coincé entre son rôle très paradoxal voire en oxymoron de  » journaliste royal  » ( rires) , qui est à la fois « reporter » et lèche-bottes servile des royautés, conditions un peu sine qua non pour approcher les Cours. La preuve, ces Cours le décorent pour le remercier de ses bons et loyaux services.

Personne ne dit rien sur le fait qu’un journaleux royal soit ami de personnalités royales, parce que le sujet reste futile. Mais que dirait on si un reporter politique était ami personnel de leaders politiques, de Chefs d’Etat.

Bref, il se doit de vendre son âme pour y arriver. S’il y a un journaleux dans le coin, c’est bien lui, le pseudo chroniqueur royal aux ordres. Pour moi, ce n’est pas du journalisme, ce qu’il fait, c’est juste être passe-plat et vulgarisateur de protocole. Genre Michel Droit et De Gaulle. Il est là pour faire les lancements. Cela n’a rien de journalistique, c’est de le recherche documentaire au plus avec un peu de commentaires complaisants.

Bern , c’est aussi un des sexistes à la mentalité »aristo-débile » qui avait jadis accusé Diana d’être chochotte, de ne pas faire comme Sainte Sophie d’Espagne, en serrant les dents en silence face aux tromperies de Charles. Bah oui, c’est ordinaire dans ces milieux de coucher partout. Pourquoi diantre, est-elle allée se plaindre ( certes avec des procédés sensationnalistes) .

Il s’est décoincé depuis, mais trop tard.

Je crois qu’il y a nombre de blogueurs libres qui font mieux que lui, sans pour autant être reporters ou journalistes.

Bern a de quoi baver. Il doit lécher les bottes d’Albert et Charlène, il est aussi obligé de lécher celle des Windsor ( il est OBE ( Chevalier) depuis quelques années) et aussi celle de ses amis du Luxembourg. Il travailla jadis avec le Comte de Paris, autre famille royale certes déchue qu’il continue de vénérer.

Bibi a créé le colour block total, peau et tenue, manque la perruque assortie orange…Trump l’adore pour son fake tan au jus de carottes, c’est sûr

Bern se modernise aussi, hé oui, les d’Orléans, c’est un peu désuet, alors il marche désormais avec son autre grande amie , la reine Bibi. Dans la presse, en pleine campagne électorale, il avait même déclaré que Macron « était le nouveau Henri IV’ et que Bibi « était une femme fort désirable »…Ouais, OKay….. On va bientôt croire qu’il y a anguille sous roche.

En fait, parrain du Loto du patrimoine, Stéphane ferait mieux de se cantonner à la section  » vieilles pierres et docus historiques », parlant simplement de Blanche de Castille, Aliénor d’Aquitaine ou Pompéi.

Waringo veut remettre les choses à plat sur tous les processus clés, budget, recrutement, gestion de personnel. Cela commence par un organigramme qui remet à sa place Henri, mais retire tout rôle officiel à son épouse consort. Elle gardera assurément un pouvoir d’influence, je suppose.

En effet, Henri laissait sa femme tout régenter, alors qu’il devait avoir le co-pouvoir sur l’organigramme actuel.

Waringo rappelle que certains postes de haut niveau A1 doivent être tous validés par le Premier Ministre, ( et non par Maria Teresa en live) . Et que tous les agents doivent être de nationalité luxembourgeoise. Visiblement, ce n’était pas le cas pour que ce soit cité..

«J’ai bien été informé de certains recrutements mais pas de tous» ( Xavier Bettel)

Maria Teresa aurait passé trop de temps à Paris , occasionnant des surcoûts de personnel et de fonctionnement.

Waringo remet aussi en cause l’organisation du service de communication , avec ses 3 sites internet ( assez inutile vu la taille de cette monarchie, je trouve) et son absence de « stratégie claire ». Par opposition , la Belgique et les Pays Bas ont une organisation et des processus plus pros.

Autre question que j’ai notée, c’est la gestion de la collection royale , élément important du decorum royal et du patrimoine de prestige national.

Au Luxembourg, la collection grand-ducale ne fait pas partie du patrimoine de l’Etat et l’approche de la Belgique qui consiste à mettre à la disposition du Roi les objets de la collection royale n’est dès lors pas applicable.

L’adoption de la solution belge permettrait de justifier l’affectation des ressources publiques à l’entretien et à la gestion des collections par la constatation qu’elle est la propriété de l’Etat.

Cette question revêt une importance certaine car actuellement l’Etat finance les travaux d’entretien, de restauration, de conservation et de mise en valeur d’une collection qui ne lui appartient pas. Il n’existe même pas encore un inventaire précis de l’ensemble des objets qui renseigne clairement le propriétaire des objets et l’endroit où ces objets sont déposés. Cette question mérite d’être traitée prioritairement ( fin du rapport Waringo)

Idem, il est évident que le Luxembourg doit prendre une décision, sous peine de rester une monarchie du Tiers Monde, où le monarque possède le pays, et fait presque ce qu’il veut avec l’argent de l’Etat, comme les rois de France en monarchie absolue jadis.

Modeste et discret, Waringo a assuré son boulot et proposé des solutions, on aimerait voir cela sur les Windsor…

Bettel fait le Mestrexit et Boris le Megxit

Les réformes sont maintenant en réflexion au Parlement luxembourgeois. Bettel veut appliquer presque tout ce qui est préconisé par Waringo. Voilà un livre blanc qui servira, pas comme en France…….

«La promotion du bien-être du personnel devra faire explicitement partie du cahier des charges du nouveau responsable des ressources humaines» ( Xavier Bettel sur le futur poste de RRH à créer)

Maria Teresa semble désormais mise au ban de la prochaine organisation, réduite à son rôle de consort. Le prix à payer pour ses excès de zèle probablement. Henri va surement se battre pour lui ménager une place. Il faudrait la former au management.

Ce serait assez sexiste de l exclure du système, mais vu ses agissements supposés, on est obligé de la canaliser et de rassurer le peuple .

En tous les cas, le mélange des genres doit cesser: donner une meilleure structure au Palais permettra à la gestion de se faire avec professionalisme, et non pas comme un petit commerce libéral familial, avec un patrimoine pro perso fusionné, mais plutot avec constitution d’une société à part entière personne morale qui dispose de sa compta séparée, son organisation, son patrimoine. C’est essentiel si ce sont des fonds publics qui nourrissent cette société.

Rappelons qu’en 1992, les Anglais dirent à la Reine de financer elle-même les réparations de son adorée résidence Windsor brûlée. C’était un peu la même idée derrière, de séparer patrimoine perso et pro. Ceci mena à l’ouverture des salles d’apparat de Buckingham Palace l’été.

On va vers la naissance d’une « firme  » au Luxembourg.

Maria Teresa et son mari ressortent cependant humiliés de l’épisode, ils passent pour des incompétents. Si Maria Teresa avait fait preuve d’un peu plus de douceur, tout ceci ne serait peut-être pas arrivé. A mon avis , elle n’est pas formée pour la GRH ( recrutement, gestion de plans de charge, communication interne, prévention des RPS, etc) et avait atteint son seuil d’incompétence. C’est ce qui aura finalement permis de façon salutaire de mettre en lumière le besoin de moderniser l’institution, de la rationnaliser et de l’aligner sur le reste de l’Europe.

Au final, ce sera positif pour le futur de la monarchie, je pense.

Cour grand-ducale : Bodry contre Bern

.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s