L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- Victoria et Gonzalo, l’accident

4 Commentaires

Hier le 12 octobre était jour de fête nationale en Espagne. On l’appelle le Jour de l’Hispanitude. L’occasion pour Felipe de passer en revue les troupes lors d’un défilé militaire traditionnel et au peuple de se détendre, notamment les fans de tauromachie, conviés à quelques corridas aux arènes de Madrid. C’est là que le petit ami de Victoria Federica, nièce du roi et fille de l’infante Elena, s’est fait très gravement encorner sous les yeux de sa dulcinée .

  • Leti et Felipe, très chic au défilé militaire
  • Victoria Federica et Gonzalo, drame et passion dans l’ arène

Tout avait bien commencé outre Pyrénées, la fête nationale s’annonçait comme d’habitude avec son cortège de rituels tranquilles. Déjà un défilé militaire en présence de la famille royale, avec Letizia étrennant une tenue de son couturier fétiche Felipe Varela.

Cette fois, le designer a créé une tenue élégante et raffinée, quelque chose de léger et vaporeux dans une teinte douce. C’est sa meilleure tenue depuis longtemps dans ce genre d’événements.

Talons vertigineux nude pour la reine et ballerines bien plates nude pour la future reine Leonor et la princesse cadette derrière. Les jeunes princesses sont plus ou moins coiffées. Et pourquoi pas une bonne coupe dégradée ou au carré par exemple, au lieu d’une « Middleton  » archi vue et revue.

Leti montre le chemin à sa fille, soignant sa préparation de future reine. Elles sont assez fusionnelles, toujours collées l’une à l’autre en photos. officielles

Fidèle au style maternel, pas de bijou pour la jeune ado, ni bracelet ni bague. C’est assez rare pour les jeunes filles de 13 ans de sortir ainsi sans même une petite chaîne ou une bague, ni broche, ni une barrette de cheveux. On dirait que c’est interdit…

On peut continuer d’admirer Leti plus tard au Palais où le roi reçoit les dignitaires du pays. Notons ses mules à talons toujours vertigineuses avec bandes en plastique transparent pour maintenir le pied. Pas le genre de truc pour prendre le RER aux heures de pointes.

Le modèle de Varela est décidément délicat, soigné ( boutons habillés, tissu vaporeux, col claudine élégant,volants bien proportionnés). Ce n’est pas un rideau de cuisine au moins.

L’an dernier, Leti avait porté une robe sans manches avec une grande jupe tutu années 50 dans un ton beige gris. Leti commence à voir comment vêtir sa menue silhouette. Ce genre de jupe ressort très chic avec des talons.

Petit secret inavouable lu dans un journal catalan, pas spécialement fan des Bourbons, la reine Leti s’avère en fait se déchausser quand elle a trop mal aux pieds. C’est ainsi que l’ex Premier Ministre Rajoy la surprit quittant un jour le Palais Royal escarpins stiletti à la main…Lui était dehors pour téléphoner. Il la mit à l’aise en lui disant  » que tout le monde avait mal aux pieds « …. Lilibeth et Sophie ne seraient pas du tout  » impressed ».

Franchement, Leti devrait arrêter de se se démolir la santé pour pas grand-chose. Elle impose des ballerines trop plates à ses filles et se détruit les petons en même temps en talons trop hauts. Quelle est l’ exemplarité pour ses filles ?

NB- Le Palacio Real de Madrid est un lieu de cérémonies et déjeuners officiels. La famille habite et travaille en périphérie à la Zarzuela. Il se visite sauf lors d’événements officiels. Vérifiez donc avant d’y aller. En face, vous avez la cathédrale de l’Almudena si vous êtes bloqués.

Leti sait porter des baskets en privé

Plus tard, ce sont les arènes de Madrid qui bruissaient de mille clameurs pour la feria d’automne. La tauromachie plait de moins en moins , tombant en désuétude, mais elle plait toujours à une branche de la famille royale…Juan Carlos, Elena et son ex mari de Marichalar, et leurs enfants, Froilan et Victoria. La Reine Sophie est végétarienne et Leti , jadis vegan, n’a mis les pieds qu’une fois dans les arènes. Felipe évitait aussi mais depuis qu’il est roi, il fait l’effort de s’y rendre de temps en temps. Il est le roi de tous après tout, y compris du dernier tiers de la population qui s’intéresse encore à ce sport-art-secteur économique étrange et anachronique.

Victoria est si fan qu’elle eut un temps deux soupirants toreros, élisant finalement Gonzalo Caballero, un sexy jeune homme madrilène de 27 ans, qui naguère voulait être footballeur, avant de décider de rentrer dans une école tauromachique à 16 ans. Son nom de famille pouvait le prédestiner au cheval, mais non, il torée à pied.

Voilà un garçon, qui se rase le matin.

Un vrai bel hidalgo, brun aux yeux azur. Il a la prestance et la détermination d’un Nadal en moins tanné par le soleil. Gonzalo est le cadet d’une fratrie de 3. Son aîné Richie est designer graphiste et la benjamine Virginia est créatrice de mode.

Gonzalo a démarré comme meilleur pote de Froilan, le frère soupe- au-lait de Victoria, très réfractaire à la presse people locale.

Les deux garçons étaient inséparables. Froilan venait le voir toréer aussi souvent que possible. Ils étaient comme frères.

Gonzalo est connu pour soutenir des causes caritatives….non, non… pas le WWF..mais plutôt les enfants cancéreux.

Gonzalo annonce ici sa corrida caritative de 6 taureaux…notons le gilet croisé du jeune torero, très chic

Le père de Gonzalo étant mort du cancer en 2017 , le jeune torero souhaite se battre contre cette maladie via la Fondation Aladina.

Les deux garçons sont si amis qu’ils s’apprêtent désormais à devenir beaux-frères. En effet, Victoria a officiellement craqué pour le beau torero depuis avril 2018.

Depuis cet été, il parait cependant que Froilan n’est plus du tout ami avec Gonzalo , au point de l’ écarter de son groupe de potes. Motif: il lui reprocherait d’avoir parlé à la presse de sa vie personnelle, notamment de sa relation avec son ex, Mar Torres, étudiante héritière d’un financier espagnol ( le genre qui a une holding et plein d’entreprises dans tous les domaines) . Comme Manu Valls, Froilan cherche de l’héritière espagnole, plus pratique. Froilan , tout comme Harry , est parano des médias et se mefie des taupes. Il a un fort caractère comme sa mère, Elena.

Mar ressemble vraiment à Arantxa Sanchez et aussi à Victoria pour l’absence d’apprêt. Ils étaient ensemble depuis 2014.

Mar et Froilan restent comme chien et chat, puisqu’on a sorti des photos d’eux se disputant dans la rue, alors qu’ils ne sont plus ensemble depuis 2017.

Qu’importe, Victoria est toujours là pour son torero madrilène . L’étudiante devrait emménager avec lui dans les mois à venir, selon la rumeur.

La jeune fille un peu hippie bohême est moins émaciée , plus épanouie, mais côté style, c’est toujours très hippie. On ne se refait pas.

Elle a un sens de la mode très original. Ses potes ne se prennent pas la tête non plus. Elle n’a pas l’air complexée par son corps , osant les minijupes et pantalons moulants. Côté corsage, elle reste prudente, toujours en chemise oversize, blouse ou veste large.

Victoria aime le maquillage discret.

Victoria est la petite-fille préférée de Juan Carlos qui apprécie son amour des arts ibériques tradi. Elena et son mari ont toujours fait Vieille Espagne. Le roi émérite adore Froilan et Victoria car ils le comprennent bien. Il ne se gêne pas pour le clamer haut et fort. Il ne voit jamais Leonor et Sofia, jalousement gardées par Letizia qui préfère les confier à sa mère. Par contre, il va souvent à la corrida avec Elena et ses enfants.

Bref, hier, Victoria était aux premières loges pour soutenir son torero chéri.

Hélas, au moment de l’estocade finale ( coup de grâce assené par le torero avec une épée) , face à son second taureau ( souvent ils en toréent 3 par corrida) , le jeune homme se fait surprendre par un taureau encore très empreint de vigueur. Ce dernier se rebiffe brusquement et l’encorne bien comme il faut, l’envoyant valser, transperçant ses jambes sur des sections verticales de 25 et 30 cm respectivement, déchirant muscles du couturier ( ou sartorius) et du quadriceps, jusqu’à l’os iliaque.

Le torero est censé poignarder à mort le taureau blessé avec une épée

Manque de bol pour lui, la bête a encore de l’énergie à revendre

Le carnage est de part et d’autre cette fois. C’est la 2e fois qu’il se fait encorner cette année…

Il est joli ce taureau.

Le gladiateur mord la poussière de l’arène des Ventas. Il douille bien. Il savait ce qu’il risquait à titiller de la grosse bestiole élevée et sélectionnée pour. ce genre de sport

On l’embarque à l’hôpital St François d’Assises de Madrid (ironie du sort, le saint des animaux) , il est gravement blessé, une veine fémorale a été sectionnée ainsi que les ramifications abîmées d’un côté.

Victoria est descendue à l’infirmerie et je suppose a suivi son homme à l’hosto.

Opéré pendant deux heures sous anesthésie générale , Gonzalo se remet et devrait s’en sortir. Il a eu beaucoup de chance. De là à reprendre la corrida, on ne sait pas. Il a les muscles bien laminés. Or, pour ce genre de  » sport » ou  » pratique barbare », mieux vaut avoir de bonnes jambes, l’agilité étant clé de survie…

Gonzalo est fan de l’Atlético de Madrid, et ami de divers footeux

Le football était peut-être plus prudent… Mais nul doute que le mannequinat pourrait s’ouvrir à lui, comme il a une bonne bouille. Le jeune homme devrait être prudent car il avait déjà été encorné à Madrid en mai lors des ferias de St Isidore. Ceci lui avait occasionné une atteinte au nerf sciatique. C’est ici sa première blessure sérieuse. Un avertissement du Destin, qui sait.

On peut compter sur Victoria pour veiller sur son dulciné chéri. Cet accident aura mis fortement en lumière le jeune homme et sa relation avec Victoria.

Gonzalo sait porter beau

La news de l’encornage a fait le buzz partout, et même mon père m’en a parlé, c’est dire. Un sacré buzz pas forcément positif pour la carrière tauromachique du jeune homme, dans l’hypothèse où il la reprendrait un jour.

C’est un « sport » où la moindre erreur est fatale…et c’est ce qui fascine quelque part les fans de la discipline. La tauromachie, même en désuétude, reste un secteur économique showbiz qui pèse quelques milliards d’euros en Espagne. Ce type de show fait de moins en moins recette, même si les organisateurs essaient d’etoffer les shows de ferias en proposant du spectacle taurin ludique plus bon enfant et familial, à base de vachettes. Les arènes ouvrent de moins en moins ( quelques fois par an) et le public techniquement connaisseur tend à disparaître. Je vous recommande de visiter l’arène de Pampelune, même si vous n’êtes pas fan de corrida, c’est instructif et la guide a le sens du second degré.

A part cela, voyez les filles, les beaux gosses aiment aussi les filles naturelles et simples…

4 réflexions sur “PEOPLE- Victoria et Gonzalo, l’accident

  1. qu’il ne compte pas sur moi pour le plaindre ; le taureau était en légitime défense

  2. C’est une tradition scandaleuse, machiste, cruelle et vulgaire. Pauvre taureau ! Indigne d’un pays civilisé.

  3. Quel dommage que le taureau l’ait raté….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s