L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

JARDIN- Des arbustes faciles à vivre toute l’année

Poster un commentaire

Comme promis, voici des arbustes vivaces, résistants, faciles à vivre que vous pourrez planter sans soucis pour de longues années. En effet, l’eau coute de plus en plus cher et l’idée est de se dégoter des essences sans entretien, pas chères. On nous parle de lavandes, de cistes, de perovskias, d’essences méditerranéennes, mais il y en a d’autres qui peuvent tout aussi bien résister aux sècheresses et à la canicule.

L’abelia résiste à tout et fleurit tout l’été

Je vous propose quelques idées que j’ai vu bien pousser et résister au jardin.

Depuis trente ans mes parents ont un jardin auquel j’ai pleinement participé dans le design et l’entretien ( et continue de le faire). Le terrain chez mes parents n’est pas très riche ( c’est du loess, il y a du sable à 30cm) et la terre en surface est assez dure et sèche. Exposé au Sud, c’est un jardin qui reçoit beaucoup de soleil en journée.

Comment faire quand on n’a pas les moyens ni le temps d’arroser dans tous les sens, et qu’on veut partir en vacances tranquille ?

Eh bien, il y a des arbustes qui tiennent très bien sans eau, et curieusement ils passent souvent inaperçus dans les revues de jardin. Ces revues titrent plus volontiers sur des essences déjà connues du public: érables, rosiers, camélias, hortensias, etc.

Laissez -moi en évoquer quelques autres.

Le Kolkwitzia amabilis

Appelé « buisson de beauté » dans ses terres d’origines, il vient de Chine. Il se couvre de jolies fleurs rose légèrement parfumées. Vous pouvez le tailler comme vous voulez, car il est résistant, sans histoire. Il se ressème éventuellement, mais c’est rarissime, vous ne serez pas envahi. En 30 ans, mes parents ont eu 2 pieds additionnels issus de semis spontanés.

Il peut atteindre les 3m de haut, mais on peut facilement le limiter à la taille désirée. Il continue de pousser même s’il fait sec. Il résiste à toutes les canicules.

Les tailles peuvent être utilisées pour pailler des plates-bandes , des pots, car le feuillage est sain. Le feuillage est caduc cependant.

Truc: parfois ses branches nouvelles sans fleurs couvrent ses fleurs, vous pouvez les tailleauter pour révéler aux abeilles les clochettes éventuellement dissimulées par sa vigueur. Pour le coup, on se sent comme un coiffeur de précision faisant une belle action.

L’Abelia grandiflora

Cousin du kolkwitzia, il vient aussi de Chine et du Japon. Là bas, on a des climats continentaux durs de type sibérien, et les plantes sont accoutumées à des climats ultra froids en hiver ( moins 25C) et des climats ultra chauds en été ( 40C)

Feuillage brillant à l’inverse du Kolkwitzia qui arbore des feuilles duveteuses. Les deux arbustes prennent des reflets rouges au printemps et à l’automne.

Les fleurs sont aussi des clochettes roses. L’abelia fleurit tout l’été alors que le Kolkwitzia fleurit une fois en masse en mai-juin.

Résistant, l’abelia est vigoureux qu’il fasse sec ou pas. On le trouve dans les espaces verts élégants et les jardins en haie ou en isolé où il resplendit au soleil.

Ces deux arbustes font preuve de raffinement et de délicatesse, en dépit d’une résistance farouche. L’abelia est lui persistant. Un autre atout de taille.

Le Lonicera Tatarica

Dans la famille des chèvrefeuilles , alias Lonicera, on trouve toutes sortes de champions. Il y a d’une part les chèvrefeuilles grimpants, et ceux arbustifs, qui restent méconnus. Pourtant , ils sont superbes et très résistants . Comme son nom l’indique, celui ci vient de Sibérie. Un de plus qui n’a pas peur des hivers durs et des étés qui cognent.

Il n’est pas parfumé comme son cousin liane, mais il produit de jolies fleurs roses et des baies rouges adorables, ainsi qu’un joli petit tronc buriné de couleur claire. Il est caduc. On peut le mettre en haie comme en isolé . Pas de maladie, pas de bestiole, pas de problème de sécheresse.

Le Lonicera Nitida

Il est le lonicera ingrat, celui qu’on met en haie et qu’on encense jamais dans aucun site ni magazine de jardinage, car c’est vraiment une plante verte qu’on apprécie pour ses petites feuilles en port dense. On n’attendra pas de fleurs car elles sont rares et quelconques. C’est vraiment une plante de haie verte. Mais il n’est pas pénible comme le troëne et moins fragile que le buis qu’il remplace de plus en plus en jardins à la française. Il support la taille comme le buis. On ne lui connait aucun ennemi.

Vous pouvez même faire un bonsai arbre à nuages.

Le cotoneaster microphyllus

On le voit aussi en espaces verts mais il a toute sa place dans un jardin. De port couvre sol, il résiste à tout et produit au printemps de jolies fleurs parfumées qui donnent des baies rouges que les oiseaux mangent en hiver .

Il fait aussi des bonsais forts jolis, car ses feuilles sont toutes petites, se taille facilement et a un joli bois marron.

Il résiste à l’absence d’arrosage et s’avère une valeur sure en jardins. Il existe quantités d’autres variétés intéressantes également.

L’arbousier

Il pousse même sur les terrains à chèvres me dit une amie du Sud. C’est vrai qu’il résiste bien et produit de jolies baies rouges plus jolies que sucrées. Il pousse lentement et ses fruits mettent presque un an à murir.

Il devient un arbre avec le temps mais comme il pousse doucement, on a le temps de le contrôler.

Son métabolisme est si lent qu’il fleurit et fructifie en même temps. Pour éviter aux fruits d’être brulés par le gel, il peut être bénéfique de le voiler en hiver, mais la plante résiste au froid sans problème. L’arbousier est persistant. L’arbousier fleurit et fructifie toute l’année, même en hiver, assez étonnant.

L’escallonia

Il pousse en haie, en pots, selon les formats compacts nains ou normaux. Il existe dans toutes les nuances de roses et de rouges.

Son feuillage vert brillant est un peu succulent et le parfum de sa sève unique.

Il reste gaillard sous le soleil et n’a guère de maladies. Le tailler est facile. Sa croissance est modérée. Il est également persistant.

La liste est non exhaustive et vous montre qu’il y a moyen d’avoir des fleurs d’année en année, sans arroser. C’est économique et écologique.

NB- La plantation se fera en automne et au printemps . On évite de planter en plein été caliente et en plein hiver glacé. Il est conseillé d’arroser un peu durant la première année , selon la sècheresse de votre terrain. Ces plantes ne demandent pas des litres d’eau pour s’incruster.

Il n’est pas nécessaire de pailler le pied de la plante pour l’hiver, en revanche en été vous l’aiderez en paillant un peu le pied avec des branches, brindilles et des feuilles ( inutile d’acheter exprès des paillis) . Cela vous évitera de désherber par ailleurs et à la terre de croûter au soleil.

Je parle ici de la plante encore jeune ( moins de 2 ans d’implantation ) . Quand elle est adulte et bien implantée , elle n’a besoin de rien pour grandir. Elle fait sa propre ombre très souvent, car elle reste dense au pied.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s