L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- Ascot, Jarretière, la saison des reines

2 Commentaires

La Firme enchaîne les festivités à un rythme effréné en ce mois de juin. Après le Trooping the Colour, la Firme a embrayé sur la cérémonie annuelle de l’Ordre de la Jarretière, ordre le plus élevé de la monarchie anglaise, puis les courses royales d’Ascot.

L’occasion pour des invités royaux exceptionnels de briller, tels que Felipe et Letizia et surtout Maxima et Wilhem Alexander. Idéal pour William et Kate qui peaufinent leur statut de futurs monarques.

De quoi oublier aisément Meghan et Harry, occupés à pouponner leur Archie Harrison en fourbissant leurs armes, avant le voyage en Afrique prévu à l’automne.

Surtout avec les pitreries de Fergie…

On avait quitté La famille royale britannique après le Trooping the Colour. Les événements s’enchaînent dans la famille, surtout avec la rivalité Harry -William qui prend corps avec la séparation officielle de leur fameuse Fondation Royale ( mais j’en reparlerai prochainement dans un post spécial…encore  en chantier).

Andrew est le nouveau chevalier servant de sa maman

La Reine n’en a cure, elle poursuit sa route.

La cérémonie de la Jarretière a ensuite eu lieu selon la tradition. L’occasion pour la Reine de réunir les membres de cet ordre considéré « comme le plus noble » de la monarchie anglaise. Il date de 1348  et serait né en France, à Calais.

Extrait de Wikipédia

Selon la légende, la création de cet ordre aurait été décidée par le roi Édouard IIIlors d’un bal à Calais, où il dansait avec sa maîtresse, la comtesse de Salisbury2. Celle-ci ayant, en dansant, fait tomber sa jarretière, le roi, galamment, la ramassa sous les quolibets des danseurs, la mit à son genou et coupa court aux railleries par ces mots : « Messieurs, honi soit qui mal y pense. Ceux qui rient maintenant seront très honorés d’en porter une semblable, car ce ruban sera mis en tel honneur que les railleurs eux-mêmes le chercheront avec empressement. »

Cet ordre de chevalerie, le plus ancien qui subsiste encore au XXIe siècle, rassemblait autour du souverain vingt-cinq chevaliers, membres à part entière. Les hommes sont appelés « chevaliers compagnons ». Des femmes ont été associées à l’ordre, mais n’ont jamais été membres avant le règne d’Édouard VII au tournant du XXe siècle. Elles sont alors nommées « dames de la Jarretière ». Depuis 1987, les femmes peuvent être reçues à un grade équivalent à celui de chevalier, et peuvent faire partie des 25 membres. Elles sont nommées « dames compagnons ».

L’ordre inclut aussi des membres supplémentaires (de la famille royale ou des souverains étrangers) depuis 1813, appelés « chevaliers et dames surnuméraires ».

Cette année, Elisabeth II a décidé d’introniser deux nouveaux membres éminents,  en la personne de Felipe et Wilhem Alexander. Lilibeth culmine à 1m55 face à Felipe et ses 1m95. Je me demande à quoi servent encore ces remises de décoration entre personnalités, je suppose que c’est pour entretenir les bonnes relations et se flatter mutuellement. Une façon pour Lilibeth de recevoir des visites, elle qui ne quitte plus son royaume.

Leti fait le maximum en maxi talons…jambes nues.  Voilà quelque chose qui n’a pas plu à Lilibeth à mon avis.

Maxima, plus prudente a opté pour le collant elisabéthain.

Les deux reines sont superbes, élégantes comme il faut. Letizia porte le bibi ( avec aigrette et voilette) pour une fois sur une robe à points noirs très chic. Elle a tout bon sauf sur le collant, où elle décide d’imposer sa marque du protocole espagnol letizien , revu et corrigé par elle-même.

Maxima en robe cape couleur beige rosé est impériale. La ceinture droite large et la cape lui donnent une allure très droite, verticale et élégante. On voit le collant mais pas de chapeau. Peut-être y t a il quelque chose à l’arrière.

Tout le monde a opté pour des lignes droites verticales, sauf Sophie Wessex qui porte une jupe corolle évasée corail. Ces dames rivalisent d’élégance, dans des coloris royaux, clairs, visibles. Kate fait preuve d’élégance et de formalisme dans sa robe manteau à grand  col claudine, avec passepoil noir.  Notons la capeline de paille ajourée de Sophie , originale.

On a droit à un festival de porter de pochettes et de minaudières. Kate ressort sa pose Kate nr1 historique, digne d’un soldat sur un tank un jour de 14 juillet.

Leti a un port de tête de ballerine ( beaucoup de yoga pour en arriver là ) , tandis que Kate confirme qu’elle devrait porter des talons plus bas comme Camilla, histoire d’avoir moins le cou en avant. Malgré le chignon, cela se voit. C’est son talon d’Achille.

Grâce à Kate, observons comment une dame montre du doigt.

Kate affirme sa position de future reine , prenant en puissance à chaque événement, évitant les tenues de gamines et brushing Dallas de jeune fille.

Derrière sa voilette, Leti fait preuve de style

Tandis que Leti et Felipe retournaient en Espagne célébrer l’anniversaire du règne de Felipe, Maxima et son roi faisaient les prolongations aux courses royales d’ Ascot, un grand moment qui clot la saison en beauté. Régulièrement, on a des invités de prestige. On avait eu Mary de Danemark et Frédérick une année, une leçon restée dans les mémoires pour Kate, assez pataude dans une robe rideau translucide car mal doublée.

On se souvient aussi d’une année avec le roi et la reine de Suède.

Maxima assure toujours en beige, sa nouvelle couleur fétiche. Une robe imprimée vaporeuse qui fait un effet camaieu avec sa peau de miel et ses cheveux. On pourrait éventuellement trouver à redire sur la poitrine au soutien un peu léger, inhabituel chez elle.

 

Maxima a dégainé de superbes boucles d’oreilles en diamants…Lilibeth prefère une bonne broche et des perles

Si le printemps a été très blanc chez ces dames du monde, le bleu ciel semble être la couleur fétiche de cet été. Lilibeth a tout compris. Kate aussi. La voici émergeant dans une modèle à la fois aéré, chaleur de l’été oblige mais couvrant, avec jupe tutu longue en tulle  à plumetis.

Un jeu savant de guipure et de tulle de l’excellent et expérimenté Elie Saab qui nous change des choses en broderie anglaise douteuses de McQueen. Franchement, ridicule quand on y repense. Digne de Meghan.

Kate a aussi appris à moduler ses poses pour une attitude moins figée.

Elle sait désormais marcher sans se cramponner à sa pochette cache- sexe.

Côté élégance, Kate ressort sans peine, tant le reste est ….caricatural.

Zara , massive en robe papier peint longue ( style falaise) cache sa bedaine, on peut comprendre. Sa mère Anne n’est pas un monument de chic non plus. Elle semble avoir une angine. Eugénie tente une couleur brillante, avec un bibi macaron jaune anis. Le haut est hélas mal cousu, un veston eut été bienvenu pour dissimuler les défauts de fabrique.

Tout ceci est excentrique, original, mais inélégant car ne mettant pas en valeur…Evidemment, Kate ressort sans effort.

Béatrice tente le bleu ciel en total look. La robe en déshabille devient comme une jupe culottes. Les manches amples ne sont ni pagodes ni manches courtes. Un effet rigide et massif s’en dégage. Son chéri italien Edoardo n’est pas en vue. Le public anglais s’inquiète pour Béatrice à la vérité, et se demande si les intentions du bellâtre promoteur immobilier sont sincères.

Tout ceci manque de délicatesse. Dire que jadis Ascot, c’était cela. On n’était pas obligé de porter du 15cm pour être chic. Remarquons que Lilibeth avait déjà choisi ses chaussures et son sac.

Sophie tente un total look à imprimés très anglais. Il y a un trait d’humour dans cette répétition au revers de la capeline. Mais c’est assez too much.

Le look nonchalant de Edward, est plus chic. Notons la cravate savamment piquée et la boutonnière en rose orange. Chaque gentleman porte une boutonnière différente. Wills porte un petit bleuet tandis que Mike Tindall choisit une fleur blanche.

Wilhem Alexander est assorti à son épouse en en gilet beige .

 

Maxima et son roi rayonnent littéralement. Les feux de l’amour dans toute leur splendeur.

Celle qui ponctue Ascot de ses grimaces outrancières, c’est Fergie, la brebis galeuse de la Firme, évitée par Charles et Philip comme la peste. Manque de pot, Andrew l’a dans la peau et ils revivent ensemble, malgré l’opprobre d’une partie de la famille.

Cette année, elle a fait fort en robe safran , chaussures violettes et bibi vert. Le tissu gondole tant les coutures sont tiraillées.  Un fiasco mode total. Fergie touche le fond.

A côté des autres dames, Fergie semble endimanchée et engoncée.  On a chaud pour elle.

Mais si Fergie avait un port moins clownesque, elle s(en sortirait.

On se demande où elle va chercher tout cela. Son bibi est des plus recherchés, anti canicule visiblement.

Fergie est reconnue pour la qualité de ses révérences, mais cela s’arrête là.

Pour le reste, tout semble prêt à craquer, y compris les manchons de la robe.

La Reine garde le sourire, beaucoup plus chic en rose et en robe à fleurs. Peut-être une robe 2 en 1.

Fergie reste une fan un peu gênante , cantonnée derrière les barrières.

 

Publicités

2 réflexions sur “PEOPLE- Ascot, Jarretière, la saison des reines

  1. C’est un plaisir de voir Kate s’affirmer de jour en jour. Elle est plus sereine, plus sûre d’elle, les maternités l’ont épanouie…Elle dépasse Meghan qui est tout sauf « classe », et je pense que William et elle feront un couple de monarques modernes mais sans esbroufe…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s