L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

HUMEUR- Pollution de l’air, la grande censure des particules fines

Poster un commentaire

Triste à dire, mais depuis deux trois ans, force est de constater que l’annonce de plusieurs jours de beaux temps consécutifs dans ma région m’inquiète.

J’entendais ce matin sur France Info que le temps allait être génial jusqu’au weekend du 1er mars. Génial, n’est -ce pas,  ce grand ciel bleu et ce soleil printanier….mais ….sorry to bother you…., sans transition,  le speaker d’enchaîner en avisant qu’il y avait une alerte pollution sur Paris, Lyon , Marseille et la Savoie.

On n’y est pas encore, attendons encore quelques jours que ça s’accumule comme en 2017, 2018,

C’est qu’ils ne savent pas encore corréler les informations sur nos médias.

J’en profite pour vous aviser de la grosse arnaque de notre site national de pollution de l’air Airparif, qui pratique une censure (honteuse) des données de pollution.

Comment savoir ce qui se passe dans nos villes en matière de pollution de l’air ?

Depuis quelques temps, à chaque pic de beau temps, nous avons désormais un pic de pollution.  Si vous êtes sensible, vous en arrivez à porter un masque pour ne pas sentir vos poumons s’oppresser, ou encore vous avez le nez qui coule et des rhinites.

Il y en a eu un mi -février, que j’avais un peu senti dans mes poumons, mais je ne pensais pas que c’était dû à la pollution. J’avais oublié. On avait à peine eu quelques jours de beaux temps de suite.

Donc, nous allons avoir de nouveau  un temps superbe jusqu’en mars. Sauf que dans les villes, c’est déjà  l’alerte pollution.

Je vais dans mon site habituel, un site international AQICN qui regroupe toutes les données pollutions fournies par chaque pays chaque jour ( en général pour les grosses villes) . C’est très pratique si vous voulez vérifier la pollution de villes du monde en vue d’un voyage ou de l’étude d’un pays.

Je constate qu’on est sur Paris à 144 de PM 2.5 ( particules fines de 2.5 microns, les plus nocives, plus difficiles à bloquer par le corps), auxquelles il convient d’ajouter 80 de PM10. Verdict : orange, mauvais pour les groupes sensibles. Un taux anormal puisque le minimum est plutot de 30  ( de mémoire) .

Sur la photo que je vous joins, le taux est redescendu à 137 à 10h.

C’est passé à 137 au moment où je fais la capture d’écran

 

Étonnamment, si vous allez sur le site officiel national Airparif, aucun taux de PM2.5. 

On nous sonne néanmoins l’alerte en se basant sur les PM10.

On nous parle d’un indice Citeair européen. Une arnaque . Je ne vais pas verser dans le conspirationnisme, mais assurément, on nous cache une partie alarmante des données.

Les excès de PM 2.5 et 10 viennent notamment du diesel, du fioul. En hiver, les jours de beaux temps sans vent sont un problème sérieux : certes on ferme les fenêtres , on vit moins dehors, mais on a plus de chauffage. En général quand les PM 10 augmentent, les PM 2.5 explosent, forcément elles ont les mêmes sources.

Un jour de Juin 2018 en gare de Jalandhar en Inde. Un beau temps d’été en effet.

A Pékin , ville notoirement polluée en permanence,  on est à des niveaux de 170- 200 de PM 2.5, et parfois Pékin a été plus bas que Paris ‘( lors de la dernière vague de début 2018) . Seule la presse anglaise a osé titrer sur le fait que la pollution à Londres avait dépassé celle de Pékin ce jour -là. Rien en France. On ne va pas se comparer avec la Chine, non mais.

Quand on regarde certaines zones de Delhi, Paris est presque au même niveau. Mais d’autres vont jusqu’à 470 de PM 2.5, des taux totalement inhumains et qu’on n’aura jamais ici, j’espère. ( article sur la pollution qui tue directement en Inde) . En Inde, on a déjà vu des pics de PM 2.5 à …1000. Démesuré. Là-bas, c’est 10 ans d’espérance de vie en moins à cause de la pollution.

Bref, si vous êtes sensible des poumons ( pollens, asthme, autres allergies respiratoires, etc) , et recherchez des données plus intégrales, n’hésitez pas à naviguer….

Sanseveria

En ce qui me concerne, je ressens une gêne au bout de quelques jours. L’erreur commune serait d’ouvrir les fenêtres pour  » aérer ». La pollution intérieure existe mais si elle est supérieure dehors, autant garder les fenêtres plutot fermées . Et avoir des plantes à la maison. Pothos, Philodendrons, Sanseveria, Kentia figurent parmi les plantes qui dépolluent l’air en absorbant les substances nocives de l’air. ( études de la Nasa) .

France 2 a montré récemment un entrepreneur de Delhi qui a créé un immeuble de bureaux avec 7000 plantes de ce type pour dépolluer l’air, en se basant sur des études de la Nasa. Les plantes captent les poussières et les substances pour les transmuter en d’autres substances non nocives.

Et si nécessaire pensons à porter un masque, car oui, on en est arrivé là. Cela ne coupe pas tout, mais cela coupe déjà certaines grosses particules de type PM10 ( et aussi les pollens et grosses poussières) , ce qui va quand même soulager vos poumons. En plus, cela vous coupe des virus de rhume et de grippe…qui affaiblissent le système ORL.

Diminuer la cigarette voire  arrêter vous épargnera aussi un surplus inutile de PM dans les poumons.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s