L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- Juan Carlos et Sophie d’Espagne, leur saga ( partie 1)

7 Commentaires

Les histoires de rois et de reines font souvent rêver les foules. Derrière les fastueuses photos de magazines et les sourires de façade, il y a des destins historiques marqués par le sceau du devoir d’Etat. On a beaucoup glosé sur les Windsor ou les Grimaldi, mais quid des Bourbons d’Espagne ?

En 1962, Juan Carlos épouse Marie Gabrielle en second choix.

En s’y penchant de plus près, on en découvre des vertes et des pas mures à la Cour d’Espagne,  entre Juan Carlos, le roi noceur égocentrique et l’héroïque Sophie de Grèce, solitaire mère courage. Une saga en plusieurs épisodes qui commence ici.

  • Mariage arrangé, amours contrariées
  • Quand Juan Carlos tenta de divorcer 
  • Les 3  femmes qui lui ont fait perdre raison
  • Sophie , reine héroïque

A la fin de la guerre, il s’en passe des choses dans le Gotha. Exilées au Portugal en 1946, les familles royales d’Italie et d’Espagne se retrouvent voisines. Le roi déchu Humberto II de Savoie et Don Juan de Bourbon ( muselé par Franco )  se voient régulièrement, ainsi que leurs enfants. Parmi eux, on trouve Juan Carlos, alors jeune fringant prince ( que Franco veut réinstaurer roi d’Espagne)  et la jeune pimpante Marie Gabrielle de Savoie, princesse d’Italie. Tous deux sont ados, elle a à peine 14-15 ans.

Un journal précise que lors d’une croisière entre familles royales sur le navire Agamemnon, les deux ados sont de vrais tourtereaux. Mais les médias sont bien plus occupés à admirer d’autres coups de foudre royaux.  A cette époque-là, on se marie encore entre membres du Gotha.

Marie Gabrielle de Savoie et Juan Carlos d’Espagne

Juan Carlos a la pression car il doit épouser une princesse catholique de famille royale régnante, en vertu du règlement de son royaume.  Son propre père, Don Juan de Bourbon (et Battenberg) , fils du roi Alphonse XIII, s’est retrouvé héritier du trône par renonciation de ses frêres aînés ( sous pression d’Alphonse XIII) , notamment l’aîné qui a épousé une roturière cubaine.

Olghina de Robilant à la guitare

Avant de craquer pour la princesse de Savoie, le jeune prince s’amusait avec son officiel premier amour , Olghina de Robilant, rebelle fille du comte de Robilant, ami d’Humberto . On sent que Juan Carlos a un type de femme préféré. Grâce à elle , on en sait plus sur cette période secrète du passé de Juan Carlos.

Marie Gabrielle, jeune ado

Selon Olghina, Marie Gabrielle ne plaît pas du tout à Franco, dictateur fasciste qui règne sur l’Espagne: il la trouve trop « moderne » . Il veut une future reine ibère conservatrice comme lui. (Le genre Fabiola lui irait bien à mon avis. )

Juan Carlos avait délaissé Olghina pour Marie Gabrielle ,  » mignonne et sympathique », selon les dires mêmes d Olghina. Olghina est néanmoins restée amie avec Marie-Gabrielle de Savoie ; la princesse italienne , rejetée sur véto de Franco, épousa plus tard  (puis divorça)  d’un ami de Juan Carlos.

Elle n’était pas une sainte, et moi non plus  (Olghina) 

Marie- Gabrielle plaisait tellement en son temps , que le Shah d’Iran songea à demander sa main après avoir répudié la reine Soraya ( hélas stérile),  mais le projet capota en raison de considérations religieuses. Le Shah avait aussi jadis demandé la main d’une autre belle blonde élancée Grace Kelly, alors jeune comédienne à NYC, mais elle avait décliné. Elle acceptera bien plus tard la demande d’un autre monarque,  Rainier de Monaco.

Grande, élégante, Marie Gabrielle apparaît encore régulièrement lors d événements mondains, tels le mariage de Pierre Casiraghi et de Beatrice Borromeo. Elle soutient dynastiquement son cousin , le duc d’Aoste et non son neveu Emmanuel Philibert de Savoie ( époux de Clotilde Courau, acteur de real TV régulier) .

Le bec dans l’eau, les parents de Juan Carlos décident de cibler une autre princesse royale. Il se trouve que la jeune Sophie de Grèce , fille du roi Paul 1er, princesse de Grèce et du Danemark,  est sur le « marché ».  La jeune princesse était éprise du prince Harald de Norvège, mais en dépit de nombre de rencontres arrangées par leurs parents, le prince norvégien reste insensible aux charmes de Sophie, préférant sa chère camarade  Sonja ( fille d’entrepreneur) , que le roi Olaf rejette obstinément en raison de sa roture.

Harald va au clash avec son père et finit par emporter le morceau, au bout de 10 ans de patience. Sonja avait même menacé de se suicider en apprenant qu’Olaf essayait de marier son prince à une autre ( Sophie) . Vous avez vu ce beau couple célébrer ses 80 ans ce printemps lors d’un festival royal qui dura 3 jours.  Sophie accuse le coup, fort déçue.

Célibataire avec une contrainte forte, Juan Carlos ne fait pas la fine bouche et se laisse séduire par Sophie.  Les seconds choix sont légion dans les familles royales . Les destins royaux ne jouent pas à grand-chose. Queen Mum ciblait d’abord le futur Edouard VIII, en apparence le meilleur parti de son époque,  mais se recasa avec son cadet, futur George VI. Cela n’empêcha pas leur mariage d’être très heureux. Letizia est aussi un « second choix » , Felipe n ayant pu épouser le mannequin Eva Sannum.

Les noces de Juan Carlos et Sophie ont lieu en 1962. Par chance , le pape n a pas fait obstacle et  a accepté qu’il y ait deux cérémonies, l’une orthodoxe et l’autre catholique. Sophie ne parle pas vraiment bien espagnol, son niveau est basique. Elle prononce ses voeux dans un espagnol fortement teinté d’accent germanique.  Depuis, elle aura eu le temps de maîtriser parfaitement le castillan.

Tout sourire, la princesse Marie- Gabrielle de Savoie assiste au mariage, on la voit ici au gala de veille de mariage,  tiarée et bijoutée.

 

Au début, tout va bien entre Sophie et Juan Carlos.  Mais cela se gâte assez vite en coulisses.

Au début, Juan Carlos est câlin avec sa chère Sophie

Le couple princier a trois enfants et affiche une bonne complicité, malgré…les infidélités maladives de Juan Carlos, qui suit le sillage de son père. Selon Olghina de Robilant, la 1ere amante de Juan Carlos,  » il ne fallait pas laisser une fille s’asseoir à côté de Don Juan, car il y allait de ses mains baladeuses ». Olghina, qui n’a plus de contact avec Juan Carlos depuis la veille de son mariage avec Sophie,  affirme que la volagerie de Juan Carlos vient assurément de son père. Digne d un roi Bourbon à la Louis XV.

 

Princesse royale de sang, éduquée dans le sens du devoir dynastique , le sens de la monarchie ( on dit même qu’elle l’est plus que le roi) , la reine Sophie supportera tout sans rien dire, y compris les pires humiliations à venir. Son objectif, mener son fils Felipe au trône d’Espagne.

Sophie n’est pas le grand amour de Juan Carlos. Elle a des sentiments pour son Juanito, mais il a un appétit insatiable de séduction.  Il enchaîne les passades, les tocades, mais il s’éprend sérieusement de deux autres femmes, après Marie Gabrielle de Savoie. Au point de songer au divorce. Dans un pays aussi catholique, cela fait tache.

Entre temps, en 1975, Juan Carlos a accédé au trône à la mort de Franco. Sophie est à ses côtés, fidèle et dévouée à cette monarchie espagnole qu’elle a totalement embrassée.

Juan Carlos et Sophie n’ont pas de cour, mais ils ont leurs clans de potes

 

Dans les années 80, Juan Carlos fait la connaissance d’une décoratrice de Majorque, certaine Marta Gaya. Fille d’un magnat du ciment , qui possède également un palace hôtelier majorquin, la jeune femme a connu une jeunesse dorée  à Palma , avant d’étudier la décoration à Barcelone, où elle rencontre les milieux à la mode et de l’élite économique espagnole, ainsi que les cercles para-royaux.  Elle épouse un ingénieur industriel, mais en divorce au bout de 3 ans. et ne se remariera jamais.

Marta n’a pas de carrière connue à son actif ,  c’est surtout une mondaine et une héritière. Elle passe son temps entre diverses fiestas et croisières entre amis. Eduquée en pension chic avec la noblesse locale , elle a acquis tous les codes culturels  de l’aristocratie espagnole.

Sa rencontre avec Juan Carlos fait des étincelles. De fête en fête, ils se côtoient, s’apprécient. Lui, qui va de femme en femme, craque vraiment pour cette brune aux yeux noirs,  qui porta parfois des lentilles de contact vertes. Je trouve qu elle ressemble à une brune piquante scandaleuse qui fait la une de la presse en France dans l affaire Total, Christine Deviers Joncours. 

Oisive, elle vit entre Palma de Majorque et Gstaad où elle passe ses hivers. Franchement, il y a pire. La belle vie, non ?  Pippa et Kate Middleton en crèveraient de jalousie. Pas du tout le genre de femme que la career woman Letizia apprécierait , à mon avis.

Marta est à droite

 

Juan Carlos  la suit entre Paris et Madrid où des amis abritent leurs amours clandestines. Il en perd la tête et commence à délaisser certains devoirs royaux et familiaux, impensable ! Selon des proches du Palais, il est surtout préoccupé par ses intérêts et son image.

Marta reste discrète, désireuse de préserver la reine sainte Sophie. Mais le mufle Juan Carlos n’est pas dans ce genre de sensiblerie.

Les humiliations publiques commencent pour Sophie.

Un soir de juin 1990, un gala est organisé à l’occasion de la Coupe du Roi, tournoi de régates royal auquel participent Juan Carlos, mais aussi d’autres princes, tels que … l’ami Harald de Norvège , qui ne manque jamais de passer au Palais de Marivent, résidence royale de Majorque.

Les couples royaux espagnol et norvégien sont bons amis

Ce soir là, Juan Carlos a organisé un dîner de gala en l’honneur des Princes Karim Aga Khan et Albert de Monaco.  Le banquet royal bat son plein, mais une table reste bizarrement vide. Vers les desserts, Marta Gaya et  la clique de potes de Juan Carlos, arrivent soudain. C’est normalement un signe d’impolitesse flagrante, mais Juan Carlos quitte sa chaise et se précipite à la rencontre de ses potes qu’il salue avec une effusion excessive ….une humiliation pour Sophie qui commence à suspecter quelque chose de sérieux.

Lors d’une soirée à Majorque, les parents de Marta arrivent à la fête. Juan Carlos, de grande humeur,  s’éclipse aussitôt auprès de ses interlocuteurs,  invoquant devant tout le monde le fait  » qu’il doit aller saluer ses beaux-parents« . La liaison de Marta et de Juan Carlos est un secret de Polichinelle.

Sophie et sa meilleure amie, Tatiana

La situation est intenable pour la pauvre Sophie. Alors que le couple royal va célébrer ses 29 ans de mariage, Sophie choisit de ficher le camp ailleurs avec ses copines , dont sa fidèle princesse Tatiana de Radziwill. Juan Carlos préfère aller de son côté avec Marta. Et voilà.

La liaison va crescendo. En pleine euphorie des JO de Barcelone 1992, Juan Carlos , au top de sa popularité, évoque un possible divorce avec le Premier Ministre de l »époque, Felipe  Gonzales, et le Chef du Palais; tous deux lui font comprendre que ceci n’est pas pensable et ruinerait son image de roi. Crise en vue. Juan Carlos recule.

Sophie est abattue par ces couvertures de presse

 

Sophie, alors reine consort d’Espagne (  aujourd’hui reine émérite) , n’a en fait aucun rôle constitutionnel; un divorce ne poserait pas de problème majeur , mais Juan Carlos a trop peur pour son image. Divorcer de sainte Sophie le mettrait vraiment à mal avec son peuple. En outre, ils se sont mariés sous le régime de la communauté de biens et il va casquer.

NB- Letizia et Felipe ont signé un contrat de mariage en 2004 avant de se dire oui. 

Juan Carlos est si emballé par sa belle Marta, qu’il sèche. Un jour de 1992, le Premier Ministre Gonzales est obligé de révéler qu’il n’a pu officiellement nommer son nouveau Ministre des Affaires Etrangères ( le sortant a démissionné pour raison de santé, et mourra 2 mois après)   » car le roi est absent ». Or, Juan Carlos n’a aucun déplacement prévu dans son agenda officiel. La presse s »interroge: le roi est censé être présent pour signer tous les décrets et lois.

En fait, Juan Carlos est parti en Suisse, à Genève,  rejoindre sa chère Marta… très choquée par la mort accidentelle ( sous ses yeux) en voiture d’un couple de millionnaires amis. Le voilà aux petits soins de sa dulcinée. Sous la pression de ses conseillers, il rentre dare-dare pour signer le papier, déjeune avec le Président De Klerk d’ Afrique du Sud, et repart illiico en Suisse auprès de sa chérie.

Il laisse en rade reine et enfants; Sophie est seule pour célébrer l’anniversaire de son beau-père , le fameux Don Juan aux mains balladeuses, dont ce sera d’ailleurs le dernier  (il disparait en 1993) . Le lendemain, elle préside seule le Sommet IbéroAméricain, en remplacement du roi. On peut dire que Juan Carlos a perdu la boule. Il est en plein démon de midi.

La presse italienne et française ( Point de Vue) commence  à parler de Marta Gaya, l’autre femme.  On se demande qui a vendu la mèche. On soupçonne le Chef du Palais qui démissionnera un an après. Sophie est très abattue.

Une enquête est même ouverte concernant la signature d’une certaine loi , alors que le roi n’est pas à Madrid ce jour là. On s’interroge s’il y a eu falsification. Qui a signé ? L’absence du roi devient publique. Sophie est forcément ulcérée mais aussi anéantie par le scandale et la peine.

L annus horribilis spectaculaire des Windsor en 1992 ( divorce de Diana) éclipse largement l annus horribilis des Bourbons espagnols. Sophie ne va pas voir Andrew Morton. 

Marta la brune  est restée la favorite du roi jusqu’à maintenant, une liaison indéfectible, mais libre … Marta prend le large pendant la « parenthèse » suscitée par une nouvelle favorite  venue d’ailleurs , certaine coquette princesse germano-danoise, aux dents très acérées: Corinna la blonde.

A SUIVRE…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

7 réflexions sur “PEOPLE- Juan Carlos et Sophie d’Espagne, leur saga ( partie 1)

  1. Pingback: PEOPLE- Juan Carlos et Sophie d’Espagne, leur saga ( partie 2) | L'effet colibri, the hummingbird effect

  2. Pingback: HOMMAGE- Diana forever, son ultime victoire | L'effet colibri, the hummingbird effect

  3. Pingback: PEOPLE- Une rentrée royale qui décoiffe | L'effet colibri, the hummingbird effect

  4. Pingback: PEOPLE- Letizia vs.Sofia, le pardon | L'effet colibri, the hummingbird effect

  5. Pingback: PEOPLE- Juan Carlos 2- Letizia – 0 | L'effet colibri, the hummingbird effect

  6. Pingback: PEOPLE- Silvia de Suède , la force tranquille | L'effet colibri, the hummingbird effect

  7. Pingback: PEOPLE- Les saintes du Gotha | L'effet colibri, the hummingbird effect

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s