L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- LIFE- Emma Stone vs Jennifer Lawrence , duel glamour

1 commentaire

Les 2 nouvelles stars du cinéma féminin hollywoodien sont assurément Jennifer Lawrence et Emma Stone. A 26 et 28 ans, les voilà déjà oscarisées, en couverture de Vogue et autres Vanity Fair.  Rien ne leur résiste. Tandis que Lindsay Lohan a raté le coche en optant pour la voie de garage des ex-espoirs,  ces deux actrices prodiges incarnent deux styles opposés de la célébrité hollywoodienne au féminin.

Egéries de mode et actrices surdouées. 

  • J Law, flamboyante et solaire
  • Emma Stone, charme et élégance

Jennifer Lawrence a déjà son surnom, J-Law. Devenue mondialement célèbre pour avoir incarné Katniss Everdeen dans la série Hunger Games, la jeune actrice de 26 ans, née dans le Kentucky comme son confrère George Clooney, est une actrice de renom que Dior a rapidement préemptée comme égérie de ses lignes de maquillage et d’accessoires. Quoi de mieux que cette star postado, si américaine, si audacieuse, qui joue de son corps athlétique et félin comme de son regard laser pour appâter les fameux millenials. Photogénique, caméléon, J Law dégage comme personne en photo.

Au cinéma, elle a incarné aussi bien les post-ados ( Hunger Games, The Silver Lining Playbook) que les mères de famille plus ou moins irresponsables ( American Hustle, Joy) . Elle se laisse aussi maquiller en bleu pour jouer dans X Men, le genre comics et superheros etant quasi obligé à Hollywood. Sa gouaille unique, son aplomb sont tout bonnement phénoménaux pour une actrice aussi jeune. Fragile et si forte en même temps. Très déterminée et très têtue, voire agaçante d’impertinence. Sa voix grave et son élocution percutante détonnent avec son jeune âge.

En contraste, sa bouille d’enfant n’est pas sans rappeler Renee Zellwegger jeune.

Pour Dior, elle incarne aussi bien les femmes d’affaires fatales que les garçonnes millenials. Un choix malin d’égérie.

Faussement gauche, elle a tout d’une grande mais encore des manières de post-ados pas très raffinées qui font les choux gras de la presse. Elle parle volontiers de ne pas toujours se laver les mains en sortant des toilettes ou encore de la sueur de ses partenaires de film comme Bradley Cooper ( Silver Linings Playbook et Joy) . Son thème astral de Feu l’amène à parler plus vite que sa pensée.

On a beau la maquiller pour en faire une icône de rêve, une nouvelle Grace Kelly, elle n’en reste pas moins une ‘fille de la campagne qu’on a déguisée et qui dit parfois des sottises ».

On l’emballe dans une robe en or de Versace, valeur 14000 livres, mais elle n’en reste pas moins qu’une étudiante maquillée en femme fatale. On le lit dans son regard parfois figé de timidité ou d’ennui.

 

J Law, c’est une pote du MidWest avec des seins. Dès qu’on la laisse en solo sans styliste ou costumière de cinéma, elle se livre à divers fashion faux pas qui montre qu’elle et le style, cela fait deux.  J Law a ce côté non sophistiqué, ‘nature à l’américaine »,  qui fait son image rock et rebelle.

Comme elle a un corps de rêve,  X Men et Hunger Games obligent,  elle se sort des  pires situations de vulgarité.

Candide, elle s’en sort toujours , car elle ne fait pas semblant. Quand elle tombe sur tapis rouge, elle tombe, quand elle déborde de sa robe, elle déborde et s’en cache fort peu en toute simplicité. Idem quand elle se lève aux Golden Globes, marche sur sa robe Dior et  en arrache un pan.

Pas la meilleure photo de J Law

Elle vient de tourner Mother! qui raconte l’histoire bizarre d’un couple qui s’installe chez elle et  transforme sa vie en cauchemar. Un film signé Darren Aronofsky, 48 ans, déjà auteur du fameux Black Swan. 

Depuis ce tournage, J Law file le parfait amour avec son Darren… de 21 ans son aîné. Avec lui, » tout est clair et simple, pas de confusion « dit -elle. Avant, »  il y a eu de la confusion », selon elle. Cela la change de ses fiancés précédents, le Britannique Nicholas Hoult, jeune acteur X Men , anglais bogosse bourgeois ( l’inverse d’elle, la fille du MidWest  » nature ») ,  ou encore Chris Martin , le père de famille divorcé de Coldplay, éduqué en école religieuse. Les Anglais ne lui réussissent pas, et on voit aisément pourquoi.

Chris Pratt et elle

Avant Darren, Jennifer s’est fait allumer par des fans furieux,  qui l’accusent d’avoir séduit Chris Pratt pendant le tournage de Passengers. Les deux nient farouchement. Jennifer parle de « merde de tabloids ». Depuis, l’acteur a divorcé de sa femme depuis 8 ans ( un record dans ce métier)  , la comédienne Anna Faris.  J Law se fit remarquer en embrassant bizarrement Anna lors de la première du film Passengers.

Etrange, vraiment. 

Jennifer avait peur de griffer la superbe robe de tulle pailleté bleu argent d’Anna, je suppose. On dirait que son vernis à ongles n’était pas encore sec. Ou elle voulait preserver le fond de teint du dos nu d Anna Faris ? C est tout Jennifer Lawrence, pas de chichis. Brute de decoffrage.  

J Law semble surtout une excellente actrice qui fait la star sans en être une. Pour l’argent ou le fun, difficile de savoir. Je ne crois pas qu’elle ait envie d’être une star au sens glamour power du terme, comme une Sharon Stone. J Law est plutôt comme Julia Roberts, une femme américaine nature qui est devenue star par accident.

Une vraie star fait rêver. J Law ne fait pas rêver quand elle parle de ses moeurs de WC. Contrairement à Julia Roberts dont elle pourrait être l »héritière de par son caractère flamboyant et son charisme nature, elle s’est grillée par ses anecdotes peu reluisantes de cuites ( elle tient mal l’alcool et a vomi aux Oscars ) et de toilettes. On ne parlera pas de ses photos nues hélas hackées de son iPhone.

Emma Stone, c’est autre chose. La demoiselle de l’Arizona, récemment oscarisée pour La La Land, est une petite prodige qui fascine. Moins grande que J Law ( 1.75m) , elle culmine à 1.68m, tout en finesse et en grâce.

Attention, la petite frimousse rigolote a son caractère et n’accepte pas n’importe quoi . Sous des airs gentils, elle sait ce qu’elle veut.

Elle joue habilement en incarnant des personnages aussi facétieux, délicats et graciles que sauvages et torturés. Les portes des rôles de princesse romantique ou de femmes  de caractère lui sont ouverts. On l’a vue en fille junkie rebelle dans Birdman face à Michael Keaton, ou en actrice aspirante dans La La Land.

Elle sait aussi hypnotiser Colin Firth  ( Magic in the Moonlight) ou Joaquin Phoenix ( L homme irrationnel) dans des films de Woody Allen, qui a largué Scarlett Johannson, trop capricieuse, pour plus de polyvalence et de légèreté intello. Scarlett est en baisse à Hollywood, dépassée par ces demoiselles au taquet.

Ryan Gosling est son partenaire fétiche, depuis Gangster Squad et Crazy Stupid Love.  Le glamour est au maximum entre ces deux Scorpions. Les producteurs ne s y trompent pas. 

Emma ne compte plus ses couvertures de magazines. Ici en Dior pour Marie Claire de Sept.2017.

Emma peaufine son image d’icône glamour

Ultra classe, et un mystère de star Scorpion bien sûr. En coulisses, c’était moins glamour…

pas drôle

On note au passage qu’Emma a retrouvé un poids conséquent, elle qui avait beaucoup minci ces dernières années, enchaînant les rôles d’étudiantes ados.

Bientôt, on va la voir en Billie Jean King, la joueuse de tennis féministe des années 70.

Pour une fois, Emma ne porte pas de maquillage.

Tandis que J Law est égérie Dior, Emma porte les couleurs de Revlon, la marque américaine de cosmétiques.  Elle y incarne toutes les facettes de la jolie girl next door américaine.

Tout comme J Law, elle multiplie les looks, les couleurs.  C’est moins glamour, plus populaire, mais élégant.

Emma , c’est une star qui sait rester discrète sur ses habitudes de WC.  Elle mise sur le long terme de façon avisée, tandis que J Law fonce dans le tas. Les deux actrices sont unies dans le combat sur les cachets des actrices, plus bas  que ceux de leurs partenaires hommes.

Emma s’investit aussi dans Planned Parenthood, contre les grossesses précoces.  Elle porte ici leur pins lors des Oscars 2017.

Emma semble en adéquation entre son image publique et son style. C’est net, graphique, original.

J Law a quelque chose d’un peu plus acéré, là où Emma dégage une douceur naturelle.

J Law relève de la puissance d’une lionne ,  là où Emma serait une panthère noire avec une touche de poésie exquise en plus .

Quand on regarde le thème astral des deux actrices, on voit une différence frappante.

J Law est Lion, ascendant Sagittaire ( le hasard voulut qu’elle incarnat une super-archère dans Hunger Games) , Lune en Gémeaux et Vénus en Lion. Flamboyante, affûtée comme une lionne. On sent la pointe de fantaisie du Gémeaux chez elle, mais aussi son coté impulsif et femme d’action du Lion et du Sagittaire. Elle est Lionne et solaire  comme Charlize Theron. Le Soleil est à son apogée dans le Lion.  J Law a le sens de l’image de par le Lion mais elle a Mercure en Vierge comme Letizia Ortiz, peut-être la raison de ses saillies verbales intempestives pas toujours diplomates  ? C’est une femme qui aime s’amuser et éblouir son monde mais elle recherche des amours sérieuses , comme on le voit avec la Lune en Gémeaux et la Vénus en Lion.

Emma  a de quoi se rebiffer. Elle est Scorpion Ascendant Lion , Lune et Vénus en Balance. Le Scorpion la rend plus intérieure et magnétique que Jennifer. Le Lion projète sa puissance solaire et irradie son monde, le Scorpion attire par son mystère intérieur.  Emma porte néanmoins en elle le côté solaire du Lion. Sa féminité s »exprime dans la Balance, signe d’équilibre, de raffinement, de diplomatie. La vulgarité, très peu pour elle. Ceci est renforcé par Mercure qui est en Balance également. C’est cette douceur de la Balance qu’on perçoit dans sa frimousse toujours joliment mimi et sa voix facetieuse. Emma a Vénus en Balance  ( le signe d’apogée de Vénus) comme Monica Bellucci.

Emma et Jennifer ne procèdent pas tout à fait du même tempérament , bien qu’ayant des aspects du Lion en commun, un sens de l’image, une capacité à rayonner.

C’est important à Hollywood de savoir rayonner. Emma a un sens de l’image plus raffiné, de par sa nature tempérée de Balance, alors que J Law préfère l’impulsion du moment, être dans son moment de vérité pure, sans réfléchir au lendemain.

 

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “PEOPLE- LIFE- Emma Stone vs Jennifer Lawrence , duel glamour

  1. Pingback: PEOPLE – Nicole Kidman, la cinquantaine excentrique | L'effet colibri, the hummingbird effect

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s