L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- Charles, Camilla, Diana, Andrew et Anne: Amours à l’anglaise

2 Commentaires

Digne d’un mauvais soap opera, la vie amoureuse des Windsor a de quoi laisser perplexe. Alors qu’on célèbre en cette année le 20e anniversaire de la disparition brutale de Diana, une biographie explosive donne la version de Camilla, dépeinte par une pro-Charles, Penny Junor. Pourtant les détails inclus ne sont guère flatteurs pour elle, même s’ils donnent d’elle et de Charles une vision davantage positionnée  » victimes des affres de la destinée ».

Que de tourments ! Le romantisme a souvent un prix très douloureux dans un monde de conventions sociales impitoyables.  Regardez si vous arrivez à suivre ce qui suit :

  1. Camilla et Andrew PB , l’amour « fou »
  2. Quand Charles rencontre Camilla
  3. Charles et Camilla , Anne et Andrew, les amours impossibles
  4. Charles et Diana,  couple tragique
  5. Implacable destin

Camilla, sous ses airs de mamie en rondeurs, est une femme d’un stoïcisme extraordinaire. Issue d’un milieu chic d’un autre temps, elle a vécu dans des conventions sociales que nous n’imaginerions plus de nos jours.  La voici pivot d’une étrange comédie dramatique que Shakespeare n’aurait pas imaginé même le temps d’un (très mauvais) songe d’une nuit d’été.

Alice Keppel , arrière arrière grand mère de Camilla

Fille d’un officier de la cavalerie, corps prestigieux de l’armée britannique, elle grandit dans l’establishment. Populaire avec les garçons, elle mène une vie privilégiée et fréquente les cercles para royaux. Elle fait les rallyes mondains comme les débutantes de son époque. Camilla Shand descend de Alice Keppel, maîtresse notoire du roi Edouard VII ( marié à la bien aimée princesse Alexandra de Danemark) . Il paraîtrait que la fille aînée d’Alice était issue de Edouard VII, ce qui ferait de Camilla la cousine éloignée de …Charles.

Elle n’est pas la plus belle, mais elle a un charme fou car beaucoup d’esprit. Fêtarde, elle se fait renvoyer d’un poste d’assistante en agence de pub au bout de 2 semaines. Pas facile d’aller au boulot en sortant de fiesta.  Qu’importe, elle ne vit que pour se marier, comme la plupart des débutantes de son époque. Justement, elle rêve d’Andrew Parker Bowles, un bogosse de rallyes mondains. Pas encore moche et avachi, il tombe toutes les filles et provient de l’establishment comme elle. Ses parents sont amis de la Reine Mère ( Queen Mum) . Il est officier de la cavalerie comme le papa de Camilla. Il drague à tout va et inévitablement, Camilla tombe dans son viseur. Il s’approche et lui dit  » Let’s Dance », comme dans une chanson de David Bowie. Pas besoin de se draguer, ils tombent direct dans les bras l’un de l’autre.

Ils sortent ensemble pendant 5 ans, aucune demande en mariage. A leur rencontre, Camilla n’avait pas 20 ans. Lui en avait 25.  Andrew la trompe avec  » absolument »  tout le monde de sexe féminin.  Camilla le sait mais elle s’accroche…ce que sa famille et ses proches ne comprennent pas: populaire, elle peut avoir tous les garçons qu’elle veut. On interprète cela comme un entêtement de Camilla: elle veut Andrew et personne d’autre.

Pendant ce temps, le jeune Charles, 22 ans, quasiment le même âge que Camilla,  effectue sa formation dans l’armée , sous la houlette de son oncle, le strict Lord Mounbatten. Excellent parachutiste, il réussit à sortir d’un incroyable incident: son parachute s’est enroulé autour de son pied, mais il parvient à avoir le sang froid de démêler les liens et à actionner son parachute à temps.

Lucia Santa Cruz, et son pote,  le  Prince Charles. Elle est devenue Mme Juan Luis Ossa depuis.

On dit que la 1ere petite amie de Charles fut Lucia Santa Cruz , une historienne chilienne, rencontrée en licence à Cambridge. Lucia n’est en fait qu’une bonne amie, elle a déjà un fiancé. Lucia habite à Belgravia ( quartier londonien chic des ambassades et de l’aristocratie) ,   juste au dessus de chez Camilla, en coloc avec la fille de Lord Carnavaron.  Lucia sait les déboires de Camilla et veut lui présenter un  » parti mieux que cela ».

Cette Lucia demande à Charles de venir chez elle plus tôt, un soir où ils ont prévu de sortir dîner. Charles revient du Japon et a prévu un petit cadeau ( une boîte)  pour elle. Il en apporte un second car Lucia l’avise qu’elle va lui présenter sa voisine, Camilla. C est ainsi que commencera la grande histoire entre Charles et Camilla. Charles est resté un grand ami de Lucia et de son mari, et parraine le fils aîné du couple.

Camilla sort avec Charles tout en sortant de loin avec Andrew, toujours aussi volage. Les deux hommes jouent dans la même équipe de polo, sport ultra chic, et Camilla peut aller aux matches sans éveiller de soupçon… cette duplicité semble normale dans ce monde de faux semblants . 

Notez que plus tard, c’est un autre major de la cavalerie, James Hewitt  qui  jouera au polo et que Diana ira admirer en secret,  tout en supportant Charles. Le major , 58 ans, une épave alcoolique , sans le sou, surnommée The Rat, sort de l’hôpital dans un état sérieux, après 2 mois de séjour pour une très grave crise cardiaque. Ses jours sont comptés car ses chances de survie sont minces.

Charles et Camilla sortent du théâtre. Ils ont vu une pièce jugée sexy car une actrice s’y dénude jusqu’à paraître en porte-jarretelles.

Charles envisagerait bien de faire sa vie avec Camilla mais il est happé par de nombreux voyages. En plus, le vieux Lord Mountbatten, homme du 19 siècle, ex Vice Roi des Indes ( c’est dire! ) ,  quasiment son père de substitution,  tolère cette liaison mais dit  à Charles que jamais Camilla ne sera son épouse: motif, elle n’est pas vierge. On est au début des années 70 mais à Buckingham, on n’a pas fait mai 68.  Je ne sais pas si c’est le karma, mais  Lord Mountbatten est mort, bombé sur son yacht par l’IRA en 1980. Charles en restera profondément chagriné.

Pendant ce temps, Andrew Parker B. a une liaison avec une autre blonde dans la fleur de l’âge, une certaine Anne Windsor ! Oui , je parle d’Anne, la princesse revêche, la future championne olympique.  Ses chances d’épouser Anne sont aussi bloquées, mais pas parce qu’il n’est pas vierge. Lui, c’est parce qu’il est catholique.  Un vrai film de science-fiction n’est ce pas ?

Andrew et Anne sont très potes . (ici en 2003)

Les Windsor ne peuvent épouser de catholiques, une règle dûment actée par la loi.  Anne est 4e dans l’ordre de succession à cette époque, et ne veut pas faire de vagues constitutionnelles. Exit Andrew. Anne épousera le capitaine Mark Phillips, champion équestre comme elle, et …euh…volage aussi. On lui connait une fille naturelle en Nouvelle Zélande, un sosie parfait de Zara… ( vue dans Paris Match jadis) . Anne est restée très pote avec Andrew, néanmoins.

NB- le premier Windsor à épouser un catholique sera le prince Michael de Kent , cousin germain de la Reine, très éloigné du trône.  Sa belle-soeur, la duchesse de Kent ( épouse du duc de Kent, cousin de la Reine) se convertira aussi au catholicisme vers la fin de sa vie.  Diana aurait aussi fait la démarche après son divorce , étant très fan de Mère Teresa.

Michael de Kent à Ascot 2017 avec son épouse autrichienne (catholique  et divorcée)

Camille aime toujours Andrew. Alors que Charles est parti en mission militaire aux Antilles pour plusieurs mois, Andrew en profite et tente sa chance. Il finit par demander la main de Camilla après 8 ans de liaison on-off. Il a 33 ans et Camilla 26. Ils se marient en 1973. Camilla avise Charles par lettre: c’est un coup de poignard dans le coeur du prince.  Il fait tout pour convaincre Camilla de renoncer à épouser Andrew, l’inondant de lettres enflammées.  Rien n’y fait.

Comme tout le monde sait, Charles épousera Diana, jeune femme innocente et hypersensible, naïve, seulement âgée de 19 ans.  Queen Mum a comploté avec la grand mère de Diana pour arranger une union avec une fille Spencer,  Sarah Spencer, mais le prince préfère la jolie et timide benjamine, Diana.  Comme la rebelle Sissi que Franz préféra à Hélène de Bavière, l’aînée si raisonnable et mature.  Charles pleure la veille de son mariage avec Diana. Il faut dire qu’elle a découvert le pot aux roses et se sent trahie, surtout que Charles avait demandé à Camilla d’être le chaperon de sa fiancée  ! Toujours aussi malin, Charles.  Diana est à cran et songe à annuler les noces. Finalement, elle ira jusqu’au bout du « processus ».

Charles fréquente encore Camilla, mais à titre amical et platonique. Même Andrew Morton le dit, donc c’est que Diana le croyait. Camilla est la première confidente de Charles. Elle le comprend mieux que quiconque.  Charles a toujours eu besoin de mentors. Outre Mountbatten, il est fan de Lawrence VandenPost, une sorte de mystique New Age qui vit en Afrique.  Quand le relationnel avec Diana deviendra insupportable, il reprend ses amours avec Camilla. Je ne vais pas reprendre ici tout ce qui a déjà été raconté par Andrew Morton dans Diana, sa vraie histoire, un livre passionnant téléguidé par les témoignages audio de la princesse.

Les Parker Bowles gravitent dans les cercles para royaux et sont souvent invités par la Reine, la Reine Mère et même Charles. 

 

Parker Bowles, queutard invétéré,  avouera plus tard que « Camilla l’aimait sans doute plus que lui ne l’aimait ». Néanmoins, il l’aimait sincèrement, tout en la trompant avec tout le monde….surtout les amies de sa femme !  Dans le milieu aristo anglais  de l’époque, c’est  courant. Une amie du couple demandera même à Andrew pourquoi elle est la seule qui n’a pas encore eu droit à cet honneur ! Devait elle en prendre ombrage ?

Camilla souffre de ces humiliations en silence, sa famille ne comprend pas pourquoi elle subit tout cela. La biographe ne dit pas si elle ne s’amuse pas de son côté. En tous les cas, à entendre Penny Junor, Camilla en bave, mais c’est une femme de la vieille école, elle se tait et serre les dents. Camilla ne fait pas comme Diana. Elle aussi outrageusement trompée, elle reste coite, comme le demande le code du silence de son milieu.  On a tant reproché à Camilla d’être une briseuse de ménage, mais elle aussi sait ce que c’est que d’être cocufiée. Le plus fou est qu’elle épouse un copain qui l’aura cocufiée depuis avant son mariage et ce, pendant 8 ans  !

Le couple est officiellement harmonieux et nage dans le bonheur…ou presque.

Par la suite, on peut imaginer que c’est avec soulagement que Camilla et Charles, alias Ginger et Fred , se retrouvent, chacun dans des mariages pas très épanouissants.

Bien sûr ce déballage n’est pas nouveau. Cette histoire de chassé croisé était déjà sortie dans la presse , mais tout ceci ne peut que laisser songeur, surtout quand on pense aux enfants Parker Bowles et les princes. Même adultes, cela doit être très déplaisant. Il semble qu’une petite guéguerre de comm ( involontaire ou pas) a lieu entre les princes et Charles, pas une semaine sans sortie médiatique sur la mort de Diana.  Les princes avaient déjà frappé fort en parlant de l’absence de soutien psy à la mort de leur mère. Harry se plaignait d’avoir été obligé de marcher dans le cortège sous les regards de la foule , en mondovision , à 12 ans.

Quand Diana fera éclater le scandale via Andrew Morton, Camilla se verra recluse chez elle pendant un an, avec les paparazzi à sa porte. Femme la plus honnie d’Angleterre, elle devra attendre longtemps avant de sortir du bois, jouant aux cartes chez elle.  Camilla se fait copieusement insulter et au supermarché local, une femme en colère lui lance même un bout de pain à la figure.  (Mais ce n’est rien face à la très choquante agression de la pauvre Susan Boyle,  autiste à la voix d’or, très lâchement prise à partie par un groupe de 15 voyous hier à son centre commercial local. Ils lui ont même lancé un bout de papier en feu à la figure).

Un super plan de comm  permet à Camilla de revenir sur le devant de la scène avec Charles et de rendre l’inacceptable envisageable. Vindicative, Diana ne pourra le digérer, elle qui se vit comme   » sacrifiée » .  Elle mourra tragiquement avant de voir le remariage de Charles, non sans avoir excité les paparazzi à St Trop, victoires bien futiles d’une femme désespérée par le chagrin.

Charles paie rubis sur ongle le relooking de sa dulcinée: dents, cosmétiques à base de venin d’abeilles, et bijoux. Camilla ne peut toucher à ceux portés par Diana jadis, elle aura les siens. Camilla arrive en avance sur les lieux de voyages pour avoir l’air reposé. Oui, cela va jusque là.

Par toutes leurs maladresses, Charles et Camilla restent honnis par une partie des fans de Diana. On peut le comprendre. La souffrance endurée par Diana est indéniable, face à l’insensibilité de Charles. Lui même était un véritable ado ingrat, boudeur, envieux, immature, blessant.  Je pense que cela  restera toujours un grand regret de sa part de ne pas avoir su faire à ce moment là, d’avoir fui l’ampleur du gouffre béant des angoisses de Diana en adoptant des comportements épidermiques.

La pauvre Diana fut laissée seule à tatônner dans le noir pendant longtemps avant d’entamer une thérapie, mais elle ne fut pas suffisante.

D’autres , même fans de Diana,  trouvent finalement Camilla très bosseuse et digne en tant que duchesse, toujours souriante et grâcieuse lors d’événements publics. Elle se rend disponible et joue le jeu royale sans geindre malgré les sarcasmes et insultes dont elle se sait victime à vie. Elle a du cran car elle a dû en encaisser des vertes et des pas mures. 

 Dans l’establishment , tromper n’est pas vraiment un problème, c’est même normal.  Le Prince Philip trompait la Reine, la Reine Mère est issue d’une liaison de son père et d’une cuisinière normande.  Dans ces milieux, l’amour est aussi affaire de convenance. La Reine Mère visait en fait  le futur Edouard VIII avant de se contenter du cadet bègue, le duc d’York,  futur roi George VI.

Diana cassera le moule en apportant une vision trop bourgeoise pour certains  de la monogamie stricte. Prise dans le piège des conventions sociales , elle bascule à son tour dans l’adultère. Un jeu infernal.

Y a t il une morale à cette histoire ? Probablement que ces drames du destin auraient pu être évités par une plus grande tolérance sociale . En Norvège, le roi Olaf laissera Harald épouser la roturière Sonja, une première mondiale. Plus tard, la roturière Maria Teresa Mestre épouse Henri de Luxembourg.  Puis, Juan Carlos et Sophie acceptent la divorcée Letizia Ortiz comme bru royale, car Felipe est prêt à renoncer à la Couronne. Haakon de Norvège a aussi épousé Mette Marrit, bénéficiant de la compréhension de ses parents, qui savent que l’amour n’a pas de limites.

Harald et Sonja, 80 ans chacun et toujours la même passion.

Les temps ont changé, heureusement.

On ressent parfois comme quelque chose d’immoral à admirer Charles et Camilla si rayonnants,  alors que Diana repose en paix. Je pense que du Ciel, elle a pardonné Charles.   La destinée de chacun reste une énigme à l’échelle des siècles et des vies.

De nos jours,  Harry et Wills ont repris le flambeau pour le meilleur.

Que chacun vive en paix.

 Prochainement : ne manquez pas « le match des mamies » je vous laisse imaginer qui vs qui … suspense. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “PEOPLE- Charles, Camilla, Diana, Andrew et Anne: Amours à l’anglaise

  1. Pingback: PEOPLE- Le match des mamies, Camilla vs.Brigitte | L'effet colibri, the hummingbird effect

  2. Pingback: HOMMAGE- Diana forever, son ultime victoire | L'effet colibri, the hummingbird effect

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s