L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- Melania vs. Ivanka, le match des First Ladies

1 commentaire

Cocasse et inquiétante, la présidence Trump réserve son lot de paradoxes, comme le fil continu de tweets de Donald.  L’un des plus marquants est sa bigamie politique: il dispose en effet de deux Premières Dames , sa 3e femme Melania mais aussi sa fille préférée, Ivanka, issue de sa 1ere épouse Ivana.

En tournée auprès des trois grandes religions monothéistes, Trump a embarqué avec lui son sérail.

Le pape, dubitatif

Qui est donc la Première Dame des USA ? La Première Belle-mère ou la Première Fille ?

Il est tentant de faire un match des First Ladies, tant la situation est inédite et originale. Deux femmes,  élégantes, toutes deux amenées à effectuer des sorties officielles au nom du Président.

Ivanka a un modeste titre d’Assistante ( à titre bénévole), titre sous coté qui ne trompe personne ,  tandis que Melania porte officiellement et avec certaine réticence initiale la couronne de First Lady,  laissée vacante par Michelle Obama. Cette dernière avait des filles bien trop jeunes pour jouer les dames, tandis qu’Ivanka, ex top model, ex Directrice Générale Achats du Groupe Trump, a de la bouteille dans le monde du showbiz et des affaires. Tout ce que n’a pas vraiment Melania Knavs, certes ancienne mannequin de second rang ( posant nue)  rangée des sunligths.

Ivanka s’est convertie au judaïsme en épousant son époux, un certain Jared Kushner, devenu Conseiller Senior de son beau-papa.  Ce garçon richissime, diplômé de Harvard,  fait partie de la haute société juive des USA ( issu d’une famille juive du Belarus rescapee de la Shoah ) et s’avère très pro Israël, y compris en finançant des ultra orthodoxes. Le couple aurait une fortune de 740 millions de dollars.

Il est sûr qu’à côté de ce supercouple, jeune, riche, glamour, eduque, la brave Melania a fort à faire. Elle se rapproche de Charlène cote CV. Mannequin toute petite, elle n a pas fait d études marquantes.

Lors de l’investiture, Trump se retourne et ne parle qu’à Ivanka, sa First Daughter, sans un regard pour son épouse qui se retrouve publiquement humiliée, vidéo youtube en mondovision.

Il y a quelque chose de fort entre ce papa et cette fille là, qui rappelle beaucoup  sa maman Ivana, ex championne de ski tcheque et contributrice clé de l’empire Trump. Quand Trump craque pour Marla Maples, playmate éphémère, il se voit contraint de voir partir son associée, celle qui a décoré notamment ses casinos d’Atlantic City, ses hôtels comme Mar El Lago. Ivana avait glamourise Trump.

Les Trump par Annie Leibovitz pour Vanity Fair USA

Cette tournée en Moyen Orient puis en Europe est un vrai roadshow pour les « deux couples Trump ».  En plus, se superpose un mystérieux froid polaire entre Melania et son mari. Il faut dire qu’il est fort peu galant . On  savait que c’était un mufle enclin à harceler sexuellement, mais Melania semble lassee d en faire les frais en public. Plusieurs fois, il la laisse en plan et part en avant à la rencontre de ses hôtes sans un regard.

On les voit descendre les passerelles d’avion chacun sa rampe, comme en Arabie Saoudite. Chacun son côté comme dans leur chambre peut etre. C »est déjà mieux que Trump seul en avant et Melania suivant péniblement.

En Arabie Saoudite, Melania est parfois à la limite de la grimace, mais lui aussi. Cela rappelle Charlène en pire.

Melania consent à porter une tenue longue , ce qui a plu aux Saoudiens, même si elle a refusé le voile, comme Michelle Obama jadis, acte que fustigea violemment Trump autrefois . Il n’est pas à un paradoxe près.

Le Pape n’est pas d’humeur à rire avec cette famille d’affairistes.

Cependant, Ivanka et Melania font fi du voile en Arabie…pour se voiler devant le Pape François à Rome , encore un autre paradoxe au compteur.

Trump est fasciné par le bling bling du Vatican, bien plus luxueux que sa Trump Tower. Il respecte et ne respecte que le clinquant. Reconnaissons qu’entre l’Arabie et le Vatican, il en a eu plein les yeux de dorures et de marbres.  Le Pape reste poli, mais n’est pas fasciné pour un sou par ce convoi . Trump lui offre des livres de Martin Luther King, histoire de l’amadouer. Je crois que Trump devrait déjà les lire.

Melania suit derrière en potiche de dentelles , dentelles Dolce & Gabanna tout de même. Melania vient d un coin pas loin de l’Italie, d’un pays voisin, la Slovénie, dont la frontière est ténue avec l’Italie ( du côté de Trieste) .

Melania fait des bisous avec des enfants dans un hôpital pour enfants romain. Un petit enfant lui offre un dessin de bienvenue en Italie.

On la voit enfin se dérider véritablement. Il ne doit pas être facile pour elle de laisser Barron seul à NY pendant tout ce temps. Il doit être toutefois gardé par les parents de Melania qui vivent à la Trump Tower.

Tandis qu’on spécule sur Melania et son mari, si elle a rejeté sa main lors de leurs arrivée en Israel et à Rome, Ivanka fait habilement diversion en s’octroyant un dîner romantique dans Rome.

Le couple multiplie les petites photos et les sorties main dans la main. Contrairement à Melania, Ivanka montre ses dents sans modération, jouant de son ancienne stature de mannequin.

Un Barnum présidentiel schizo qui amuse la presse. Un couple cahin caha et un couple en perpétuelle lune de miel.

Pourtant Melania fait des efforts depuis quelques temps. Stylée, en Louboutin, elle se montre et déménage à Washington.

Prothèses mammaires en avant en Floride, peu avant son envol pour l’Arabie

Elle suit son mari en tournée et a visité en solo un centre d’appels saoudien de General Electric qui fait travailler 200 femmes. Une personne qui y a été pour le travail récemment me dit qu’il est très difficile d’avoir du personnel féminin saoudien stable, car ces dames sont en fait des « mineures » sous tutelle de leur mari, qui a totalement le droit de les retirer de leur job à tout moment.

Pendant que Melania va en centre d’appels, Ivanka discute business avec des femmes leaders saoudiennes.

Il y a encore du travail à faire, dit-elle.

Melania suit son mari comme une potiche de cire, un pantin bronzé en robe qui serre des mains et salue plein de gens assez mécaniquement en grimaçant. Elle lève la main robotiquement comme un mannequin de 2e catégorie, ce que semble lui rappeler la parfaite Ivanka chaque jour, elle qui est si glamour, sans effort, , telle un cygne. Elle descend des avions, main dans la main de son prince, telle une star de cinéma des années 50.

Melania est revêche. Elle a sûrement ses raisons . Trump tente d’amadouer sa femme de façon désormais ostentatoire ( conseil d’Ivanka ? ) , et réussit à lui attraper un doigt de temps à autre. Néanmoins, son admiration éperdue pour sa fille chérie, à qui tout réussit,  reste à mon avis sa préférence.  Il admire la réussite, le clinquant, l’argent. Sa fille a tout cela. La grâce et le port de tête d’une ballerine en plus.

Si Kate avait le port de tête d’Ivanka…

Alors, qui est la Première Dame des USA, la First Daughter ou la First Step Mother ?

Avantage net  à la First Daughter.

Ivanka respire l’aristocratie des USA, ces familles chic et richissimes qui se veulent raffinées à l’européenne. Melania reste une intruse, une parvenue qui parle avec un accent lourdaud. Tandis qu’ Ivanka pose pour la presse chic et cisèle son image de superwoman sexy, maman, mannequin,  Melania pose à poil dans le style le plus trivial.

Le sexy selon Ivanka

Ivanka se met en scène habilement , jouant sur les codes de la businesswoman , de la maman, de la jeune fille innocente. Elle sait tout faire, elle a tout.

Melania reste une bimbo dans cet univers feutré et « aristocratique Côte Est  » d’Ivanka.  Ivanka défilait pour la haute-couture (aidée par son nom comme certaines autres actuellement) , Melania, arrivée de nulle part,  en était réduite à se poser des prothèses mammaires pour dégoter quelques photos de lingerie. Melania pourra arguer qu’elle en a sué , elle, pour réussir dans le mannequinat pendant que l’autre surfait sur les connexions de ses parents, clients de ces designers qui embauchaient Ivanka un peu pour « faire plaisir ».

Le sexy selon Melania

Comme elle l’a dit naguère, « ses photos dans GQ restent le summum de sa carrière ».

Peut être pourra t elle réviser son jugement maintenant qu’elle a été reçue au Vatican en D&G.

Les deux femmes sont des stratèges, des expertes de la pression et de l’influence, mais Ivanka me semble nettement plus affûtée que Melania dans le jeu du calcul et du pouvoir. Ivanka est une experte de l’image.  Ivanka ne montre rien qui ne soit lisse, beau, ingénu et velouté, là où Melania y va en rugosité, moue et caprice.

En fait, Ivanka est heureuse, riche, comblée par la vie, Melania a un bel enfant, un cadre de vie doré, mais au prix d’une cage solidement verrouillée qui devient de plus en plus pénible. L’une est libre et fait ce qu’elle veut, pas l’autre. La richesse sans la liberté, ce n’est pas fun tous les jours.

Melania n’a jamais vraiment été de l’étoffe des top models, la preuve. Carla aurait joué le jeu au moins.

NB- Pendant ce temps, les Obama visitaient la Toscane à quelques encablures de là...

Plus de photos

 

Publicités

Une réflexion sur “PEOPLE- Melania vs. Ivanka, le match des First Ladies

  1. Pingback: PEOPLE- Brigitte Macron reçoit une leçon de style de… Melania Trump | L'effet colibri, the hummingbird effect

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s