L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- Business princesses, office wear et royauté

6 Commentaires

Si l’ancienne génération des reines continue de porter des tenues fleuries et colorées, parfois flashy et bariolées, les jeunes générations entendent aussi porter de l’office wear comme les princes et les rois. A la pointe du changement, l’Espagne avec Letizia et la reine Sophie, de tout temps plus simples et pratiques , mais aussi les Scandinaves avec Victoria de Suède ou Mary de Danemark.

Le colour block royal à l’anglaise ou à la danoise n’a plus le monopole. Désormais, ces dames aiment aussi porter les couleurs sombres des messieurs. Mais le colour block n’a pas dit son dernier mot !

Et que dire quand une certaine business woman ( future maman actuellement)  , reine des caméras et des modes,  casse les codes de l’office wear pour se vêtir comme une reine ?

Il fut un temps où porter des couleurs vives était impératif pour une dame royale, surtout une reine . Elisabeth II en est une apôtre convaincue. Il fallait qu’elle soit répérable dans la foule,  que chacun ait la joie de l apercevoir dans la cohue. Mais depuis quelques années, l’office wear, le power dressing sombre des bureaux, est devenu une originalité de certaines dames royales. Les dames royales ne sont plus cantonnées aux tailleurs jupes colorés, vifs et fleuris, comme ci-dessous. Il reste un must dans les cérémonies officielles, mais disparaît régulièrement lors de réunions plus « économiques ».

La tendance office wear a beaucoup été initiée par Letizia d’Espagne, qui aime le simple, le pratique, le pas trop cher. Elle a un budget limité et optimise au maximum. Leti ne dédaigne pas les tenues de bureau. Dans un pays en crise, Letizia, fille du peuple plutôt républicaine à la base,  a compris que le flashy haute couture devait être manié avec modération.

L’office wear montre que c’est du boulot d’être princesse, pas de la parade people. Il s’agit souvent de réunions de fondation ou de forums économiques.

Pour mémoire, ces couleurs sombres ne sont arrivées qu’au XVIII e dans l’aristocratie, via la noblesse anglaise protestante, qui ne voyait pas d’inconvénient à  » travailler ». les messieurs avaient besoin de porter des costumes simples, pratiques et peu salissants. L’anthracite, ce gris foncé quasi noir, ou encore le bleu marine ou le marron chocolat firent leur entrée dans le vestiaire masculin de l’homme riche. Ce type de couleurs était typiquement dévolu à ceux qui travaillent, donc les bourgeois, le clergé, les manuels.

Le costume anglais prévoit le pantalon plutôt que les culottes frenchy avec bas de chausses blancs ultra-salissants. La flanelle, le coton et le lin remplacent le brocard de soie.

En ce temps là, on passait beaucoup de temps entre chevaux, boue et lieux couverts de suie de charbon comme les usines, les trains. On se salissait vite.   Les domestiques passaient un temps fou à astiquer les intérieurs qui se noircissaient de suie très vite.

En France,  on en est resté longtemps aux couleurs chatoyantes des costumes en soie rose,  bleue ou jaune brodés typiques de l’Ancien Régime . Ce style frenchy a été copié partout en Europe.  Porter ce type de couleur salissante et délicate est le signe d’un statut social qui dispense de travailler. Les messieurs et les dames arborent de belles couleurs pastel et dorées.

Jadis, les messieurs portaient aussi la couleur, en colour block ou en camaïeu .

C’est au XIXe, avec la révolution industrielle que le costume masculin anglais débarque en France et  différencie la tenue messieurs de celle des dames. Il est depuis resté, jusque dans sa déclinaison actuelle: veste et pantalon de couleur sombre. On ne voit aucun monsieur aller au boulot en veste rose ou bleu ciel sauf en été et encore. De nos jours, un homme qui porte des teintes pastel peut passer pour efféminé, un comble !  Jadis, les messieurs bien nés portaient aussi bien le costume de soie rouge que le bleu, le rose et le jaune poussin. Aucun prince ne fait cela actuellement, à part en Orient le roi du Bhoutan. Les messieurs africains osent toujours la couleur avec des ensembles parfois à motifs « wax » ( batik africain). On en croise parfois dans les transports.  

Avec le costume anglais, fini les lavallières à jabot de dentelles. On est dans le pratique, une chemise ( sous-vêtement à l’origine) fait l’affaire sous un gilet. Petit à petit le costume 3 pièces évoluera vers l’actuel veste et pantalon avec chemise, sans cravate et sans chapeau.

Si la France a fait la mode féminine occidentale moderne , ce sont les Britanniques qui ont fondé la mode masculine moderne. Les tailleurs britanniques de Savile Row restent des références en ce domaine même si les tailleurs américains, italiens, français, allemands sont arrivés par la suite.

Nb. Les messieurs anglais ne dédaignent pas la couleur cependant, et peuvent être assez audacieux:  on parle alors de « style anglais » .

 

Pas étonnant que la tendance office wear royale soit arrivée via une ancienne career woman, l’ex présentatrice – reporter vedette Letizia Ortiz Rocasolano. La tendance a été embrassée par Mary Donaldson de Danemark et Maxima Zorreguieta des Pays Bas , anciennes cadres supérieures en entreprise. Hugo Boss, D&G tiennent une bonne place dans ce vestiaire office wear. Leti alterne le style masculin féminin et un style plus dame qui ne lui réussit pas toujours.

Ce n’est pas toujours réussi, comme ici, Leti en jupe noire, mais collants si opaques qu’on ne voit plus ses chaussures.

La jupe la rapetisse car trop longue. La coiffure ressemble à la jupe.

Leti porte encore plus souvent le pantalon que sa belle-mère Sophie, qui avait déjà jeté le chapeau aux orties.  Leti teste aussi le style rock avec des redingote et des slims en cuir.

Aux Assises de la fondation BBVA  à Madrid fin février 2017

Sa posture est un peu raide parfois, mais elle ne fait pas de pose Kate…enfin, cela peut arriver fugacement pour se protéger du vent.

Leti le 1er Mars 2017

Letizia arbore un certain pantacourt de cuir  évasé Uterque avec un goût douteux.

Leti a aussi tâtonné dans des ensembles phasmiques pendant des années avant de comprendre que l’ample lui seyait mieux, vu sa morphologie squelettique. Vestes étriquées, pantalons cigarettes ennuyeux. Leti ressemblait à des rectangles superposés.

Letizia a généralement un problème de posture, tout comme Kate, autre grande nerveuse du circuit royal.

Office wear ne veut pas forcément dire austérité surtout chez les dames. Leti a parfois tendance à la jouer trop City de Londres, sac cartable en cuir compris. Si Letizia n’est pas très douée en accessoires colorés et bijoux, Maxima sait y faire.  Elle arbore toujours des tenues colorées et vives comme sa belle-mère, l’ancienne reine Beatrix, mais elle sait aussi la jouer office wear. Et elle tente même des tenues exotiques comme cette robe de Givenchy à motifs ocelot, lors d’un voyage officiel à Buenos Aires.

les orteils de Maxima ne lui disent pas merci

En D&G en début d’année

Mary et elle savent qu’office wear ne rime pas forcément avec tristesse.

Mary de Danemark,  très fan de Hugo Boss, disposant d’un beau budget,  sait porter une robe de cadre sup avec classe.

Ce qui ne l’empêche pas d’alterner avec plus de couleur selon les contextes.  Ci-dessous, Leti et elles portent la même robe Hugo Boss.

Ici aussi, un style plus estival avec un haut marine et une jupe blanche chez chacune.

Kate aussi essaie un peu, mais cela reste toujours très rare et timoré. Kate est dans la tradition anglaise du colour block que suivent les membres du clan Windsor. Kate n’a pas vraiment la posture de la battante des bureaux. Sa pose Kate est même antinomique de l’office wear.

Kate est une jeune femme qui n’a jamais eu de travail de bureau, son seul job étant un stage d’étudiante aux Achats de la chaîne d’accessoires Jigsaw. Un stage qu’elle aurait fait en coup de vent, très occupée à sortir avec son prince. Son autre fait marquant de CV est d’avoir pris des photos pour le catalogue de e commerce de ses parents. Maxima et Mary on été directrices en entreprise, Letizia a présenté le JT de 20H sur TVE. Ce n’est pas le même monde.

Une princesse héritière qui sait aussi jouer de l’office wear, c’est Victoria de Suède, future reine et chef d Etat  de son pays, si célèbre pour son côté paritaire.

Ce tailleur pantalon à rayures tennis est un parfait exemple d’office wear chic et intemporel.  En revanche, le manteau colour block blanc façon reine du Danemark n’est pas vraiment attrayant. Le tombé du manteau en calice , cintré très haut, est ennuyeux et peu flatteur.

On voit ici que Victoria sera une future reine et qu’elle osera porter ce que peu peuvent porter sans ridicule: le colour block qui flashe dans une coupe vieillote. C’est l’apanage des reines, intemporelles par excellence.

Bref, on l’aura compris, l’office wear, ce n’est pas qu’une tenue ou un type de vêtement, mais aussi une attitude, une posture.

A l’inverse, notons avec amusement qu’il y a une business woman qui casse les codes de l’office wear, c’est Maître Amal Clooney, la seule, l’unique. Si elle sait porter la tenue classique, tailleur jupe ou pantalon, elle tente aussi des choses tout à fait étonnantes pour aller travailler.

Coloris, coupe, assortiment, la reine des barreaux anglais a un style « m’as tu vue » unique et parfois critiqué. Une femme est elle crédible aves des tenues pareilles ? Oui, parce que c’est Amal et qu’elle est une avocate people.

Amal sait jouer de tous les styles selon ses cibles.  Un caméléon de la mode. Elle peut inspirer les princesses, de par son charisme et son budget phénoménal.

Vous trouverez plusieurs posts sur Amal dans ce blogue, faîtes une petite rechercher en page d’accueil ! Vous y verrez comment elle s’habille pour travailler, ce n’est pas l’office wear habituel de notre quotidien…

 

 

Publicités

6 réflexions sur “PEOPLE- Business princesses, office wear et royauté

  1. Pingback: PEOPLE- Tournée de styles | Bienvenue , Welcome to my blog

  2. Pingback: PEOPLE- Kate, Pippa, Leti, Harry sous le soleil de mai | L'effet colibri, the hummingbird effect

  3. Pingback: PEOPLE- LIFESTYLE- Des foulards et des reines | L'effet colibri, the hummingbird effect

  4. Pingback: PEOPLE- LIFESTYLE- Des foulards et des reines | L'effet colibri, the hummingbird effect

  5. Pingback: PEOPLE- Princesses , back to Business | L'effet colibri, the hummingbird effect

  6. Pingback: PEOPLE- Reines, leurs tocades et autres fantaisies | L'effet colibri, the hummingbird effect

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s