L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

ANIMAUX- HUMEUR- Tilikum, l’orque martyre

Poster un commentaire

Tilikum, orque emblématique dont le sort fut dénoncé par le documentaire Blackfish , prisonnière du Seaworld d’Orlando en Floride, vient de rendre l’âme, enfin délivrée de la cruauté et de la cupidité des businessmen. Kidnappée à l’état sauvage à 2 ans au large de l’Islande, la pauvre orque est passée par Vancouver avant de finir à Orlando. Très stressée par la vie en captivité, Tilikum a tué 3 personnes au cours de sa captivité, et pourtant on a continué à la faire jouer les stars d’aqua spectacle. Décédée à 36 ans, Tilikum nous rappelle le scandale des orques  » tueuses » en captivité, victimes des hommes.

orque-tilikum

Une orque qui plie sa nageoire ainsi est en fait extrêmement stressée et psychotique

En mars 2016, Seaworld a annoncé qu’il arrêtait l’élevage des orques. La triste vie de Tilikum n’aura pas été vaine quelque part. Son sort poignant est typique de l’histoire d’animaux sauvages habitués aux espaces immenses réduits à bêtes de foire par des gens cupides. Les orques n’ont jamais été en voie de disparition et vivent en groupes matriarcaux dans des océans immenses. Impossible de reconstituer leur environnement marin en piscine.

orque-show

Tout ça pour ça

Douées d’émotions et de chagrin, très mobiles, ces animaux ne supportent pas la captivité car ils sont en mouvement permanent. Une otarie dort beaucoup, mais une orque jamais.  Tilikum n’aura vécu heureux que 2 ans, avant que des humains le capturent et l’embarquent dans leur enfer de showbiz.

Hélas, même si SeaWorld a battu en retraire, face aux pertes financières ( 10 millions de dollars) , chute boursière du cours ( -33%) , des dizaines d’orques sont toujours prisonnières des shows de cétacés , Seaworld refusant d’envisager d’autres modalités de captivité et de visite pour ces cétacés prédateurs contraints à vivre en bocal. Pourtant, ils feraient mieux de s’y mettre car ils sont en train de plonger et de couler.

orque-attaque

Tilikum approche de la soigneuse Dana, qu’il va entrainer au fond de la piscine

Mise en isolement depuis la mort d’une soigneuse expérimentée il y a quelques années, Tilikum vivotait, attendant la mort dans une piscine. Malade des poumons ( en médecine chinoise, le poumon, c’est la joie de vivre) , le malheureux mâle et étalon voyait ses dents s’effriter et la vie le quitter finalement. Quelle finalité en effet que de trainer dans une piscine , seul …alors que les orques vivent en groupes.  Imaginez un être qui vit en groupe, seul dans une petite  cage ad vitam.

tilikum_jail(1)

Tilikum était enfermé dans une mini piscine grande comme lui !

Les soigneurs n’avaient plus le droit de l’approcher et devaient garder une distance de sécurité en permanence.

orque-malade

Les soigneurs soignent ses dents cassées

Utilisé comme étalon, Tilikum sera néanmoins mort de pneumonie après les 21 orques qu’il a engendrées, sympathique n’est ce pas. Gavé d’antibiotiques, les dents en perdition, la pauvre bête était épuisée à 35 ans. Une orque sauvage pouvant vivre de 50 à 60 ans dans le Pacifique Nord, cela fait un peu jeune.

Ses dents étaient totalement rognées, car les orques ne supportent pas la captivité comme d’autres animaux, ils mordent leurs bassins , s’ennuyant terriblement. Ce sont des chasseuses, des animaux marins, les orques ont besoin d’un environnement marin diversifié. Des anciens soigneurs de SeaWorld dénoncent eux mêmes ce qui se passe avec les orques.

orque-maltraitance

Le plus terrible est qu’on ne peut les relâcher dans la nature, car elles ne sauraient survivre et seraient attaquées par les bandes d’orques sauvages. Tilikum fut lui même attaqué quand il arriva à Vancouver, par 2 orques femelles qui étaient déjà sur place. On peut imaginer que l’attaque d’une orque, ce n’est pas un coup de bec de canari. Il est très difficile de gérer des meutes d’animaux, que ce soit des lions, des singes ou des loups. …mais les orques. On est dans la dimension de la baleine. Une orque pèse 150-200 kg à la naissance (17 mois de gestation)  et pèse 3.6T pour un mâle adulte.

La capture des orques pour les show date des années 65, désormais, grâce à Tilikum, sorte de Spartacus des orques, le monde prend désormais conscience des cétacés et de la liberté des animaux.

L’avenir suggéré serait plutôt des croisières permettant de voir les animaux en milieu naturel. Bien sûr, il faudra alors réguler le trafic et limiter l’affluence, mais c’est surement la manière la plus saine d’admirer ces princes et princesses des mers sans avoir à les enfermer et les faire souffrir inutilement.

orque-sauvage

Tilikum vole enfin, mais au Ciel. Une liberté bien méritée

Si vous avez l’occasion, regardez Blackfish, le documentaire qui révéla mondialement le sort des soigneurs mis en danger, et des orques en captivité. Et le  » lobby »de Seaworld, un réseau de parcs aquatiques international coté en Bourse ( il faut le faire) . 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s