L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

RESTO- Un dimanche à Paris

2 Commentaires

Dimanche, c’est bientôt , alors j’en profite pour partager avec vous ce post sur un salon de thé, restaurant, boutique, école que j’ai découvert par hasard, à quelques encablures du cinéma où j’ai vu La Fille de Brest.  J’en avais entendu parler jadis mais n’avais jamais tenté.

undimancheaparis3

Engouffrez- vous dans le passage entre Odeon et Saint André des Arts,  vous découvrirez diverses pépites, le Procope, restaurant de légende , le salon de thé Jacobine, mais aussi Un Dimanche à Paris.

Cette enseigne vous propose des confiseries, chocolats et pâtisseries de haut niveau, et l’établissement fait même restaurant et brunch le dimanche. Les tarifs sont au même standing.

La spécialité du salon de thé est le chocolat chaud, moins épais et gras que chez Angelina, au même prix ( 8 euros) . Il n’empêche qu’on met un certain temps à avoir envie de dîner…signe que c’est gourmand (avec une touche de cannelle.)

J’ai aussi noté un thé de Corée au menu, ce qui est rare.

Les pâtisseries sont originales, même si le choix est réduit versus d’autres maisons. Il y a des macarons, des gâteaux et des galettes des rois.

Le bémol vraiment étrange est qu’il faut aller en boutique commander sa pâtisserie ( attendre qu’une vendeuse écrive sur le papier remis par le serveur), puis remettre ledit papier au serveur à son retour en salle… Je n’ai jamais vu cela même à Vienne dans ce fameux salon de thé si adoré par Sissi ( elle y allait incognita) ,  à deux pas du Palais de la Hofburg ( Palais d’hiver impérial) . On allait voir les gâteaux à la table principale pour signaler ce qu’on voulait aux serveuses , mais on ne procédait pas ainsi.

undimancheaparis

Vraiment bizarre et contre productif, je ne comprends pas en quoi c’est plaisant pour l’expérience client, d’autant qu’il faut se lever de table et aller faire la queue en magasin avec les autres clients boutique.

J’avais choisi une tartelette citron dont la pâte était épaisse et nécessitait un couteau… que le serveur  pourtant aimable, ne m’a jamais amené. J’ai donc mangé en tenant à la main ma tartelette. Le tarif en salle du gâteau est de 8-10 euros versus 6-8 euros si à emporter.

La tartelette du mois de décembre à base de yuzu, gingembre et banane ( plantain) est délicieuse, donnant du frais sans avalanche de sucre.  Elle vaut le test. La vendeuse ne savait pas vraiment expliciter les saveurs à attendre des gâteaux, ce qui est dommage.

Néanmoins, une expérience gastronomique à tenter si vous passez dans le quartier.

undimancheaparis2

Site du lieu

4-6-8 Cour du Commerce Saint André – Paris 6ème

Métro Odéon ou Saint Michel.

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “RESTO- Un dimanche à Paris

  1. Très bonne adresse, promis je m’y rendrai lors de mon prochain séjour à Paris *.
    Ces passages sont un havre de paix instantané dans les villes bruyantes, preuves que le XIXème siècle a inventé la télétransportation temporelle bien avant les séries américaines.
    A Turin, les passages couverts sont remarquables mais ils perdent en calme et en intimité par leur démesure: trop de marbre, stuc, sculptures, hauteur de verrière. Recommandation importante : fréquenter les boutiques nécessite la possession d’une carte bancaire ignifugée.

    Je verrai bien une « explication marketing » à la longue attente pour commander une pâtisserie en boutique. Entrer dans ces endroits en qualité de gourmand dénote déjà un manque (10) certain (la puissance 10 n’est mentionnée qu’à titre indicatif, par expérience elle est souvent supérieure) et ce pâtissier chocolatier certainement transfuge d’une école de commerce le sait : servir rapidement les clients serait minorer le chiffre d’affaires en enregistrant une commande presque raisonnée. Par contre, provoquer l’attente accroît davantage le désir desdits clients ayant tout à portée de papilles. Les pupilles dilatées par ce supplice tâtent les différentes pâtisseries, les comparent, imaginent leurs saveurs par rapport à celles connues, les narines enflent, le cerveau échauffé évite la désintégration in extremis grâce à la climatisation de l’endroit.
    Enfin, servis à leur tour, l’augmentation de la taille de leurs yeux comparée celle de leur estomac les entraîne à l’excès : « c’est à quoi, ça ? ah oui, mettez en un… non deux » … « et ça ? deux aussi… non trois ». Conjurer la privation.

    Terminez bien l’année.

    * Bon documentaire de France 5 du 11 décembre dernier sur les passages de Paris leur histoire, boutiques et… habitants.
    Sera rediffusé le 8 janvier prochain à 20h 55.

    Pour les impatientes, ce n’est pas un défaut, le documentaire est en replay pendant deux jours sur http://www.france5.fr/emission/les-passages-de-paris

  2. Pingback: BIEN ETRE- 2017, Nouveau départ | Bienvenue , Welcome to my blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s