L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

THEATRE- Un pedigree: Edouard Baer raconte Patrick Modiano

Poster un commentaire

Peut-être un des spectacles les plus touchants de la saison

baer-pedigree

Edouard Baer , seul en scène au théâtre Antoine, est Patrick Modiano l’espace d’une heure passionnante au cours de laquelle il nous dit des extraits de Un pedigree, l’autobiographie du célèbre et si discret « grand écrivain français »,  Prix Nobel de Littérature en 2014.

Comment survivre à des parents qui n’en ont rien à faire de vous ?

Après le criard Peau de Vache de la diva du boulevard Ladesou, et l’académique Histoires de l’historien Franck Ferrand, voici un show qui surclasse la saison théâtrale : Un pedigree avec Edouard Baer.

Baer donne une véritable leçon d’art dramatique, mobilisant l’espace, l’air, rien que par son non-verbal, sa voix parfaitement posée, ses silences soigneusement distribués. Le comédien maîtrise son art. Rien à voir avec Ferrand, qui certes est un bon conférencier, mais pas un comédien. Un vrai comédien sait mobiliser par la force d’un regard, d’un geste. Baer peut figer le temps d’un regard.

je précise que Baer ne lit pas son texte, il le dit. C’est un vrai seul en scène, pas une lecture.

baer-pedigree2

Captivant, Edouard Baer dans Un pedigree.

Le contenu est évidemment impeccable. Normal quand il est écrit par un certain Patrick Modiano. On est à des années- lumières des pitreries grossières de Peau de Vache, dont on ose toutefois nous vendre le texte intégral à la sortie.

Personnellement, je n’ai jamais rien lu encore de Modiano, bien que le connaissant de nom.  Il fait partie de ces grands écrivains contemporains primés dont j’ entends parler,  mais je trouve toujours autre chose à lire. Je dois dire qu’à part Foenkinos ou Giraud, je suis plutôt accro aux écrivains britanniques que français.

baer-modiano2

Modiano ne parviendra jamais à créer le lien avec ses parents, qui se dérobent systématiquement, happés par leurs propres vies

Mais cette pièce me donne clairement envie de rectifier le tir dès que possible.

Modiano, réputé introverti,  a consigné ses souvenirs d’enfance  dans Un pedigree. Une enfance où la douleur sourde de l’abandon suinte dans une pudeur toute masculine. Pas de pathos,  pas de formules larmoyantes . Une narration digne, parfois ironique, tout en dérision. Comment décrire ces parents improbables , qui vivent d’expédients, qui n’ont que faire du petit Patrick et de son frangin Rudy,  né en 47.  La violence est celle de l’indifférence, pas de coups de poings ou de viols dans cette histoire. Les bleus sont à l’âme.

baer-modiano-livre

Modiano est un enfant qui ne peut créer le lien avec ses parents. Il doit se contenter d’être balloté entre nourrices et pensionnats miteux. Son père s’est remarié avec une créature, sa mère est une comédienne et une courtisane ratées. Des parents autocentrés, rapias, durs. Modiano parle même de malveillance en ce qui concerne sa mère. On est tenté d’ajouter ingratitude et insensibilité.

Mon père me donna 150 francs et me fit signer un reçu.

Mais Baer et Modiano savent nous l’exprimer avec une pudique élégance ponctuée de poignants silences qui suffisent à dire l’indicible.

modiano-jeune

Patrick Modiano, plus jeune. Son père, despotique et autocentré, coupe les ponts avec lui quand il a 21 ans et refuse d’entrer dans l’armée. Modiano est libre, mais à quel prix.

Patrick Modiano est né en 45 d’un couple improbable: une comédienne flamande et un type italo-juif qui fait du marché noir. Ses parents fréquentent le demi-monde, entre artistes ( Suzanne Flon, Maurice Chevalier)  et pègre.

Très tôt, il est confié à ses grands-parents maternels ou encore à des amis de bonne volonté. A 11 ans, Modiano est « consigné’  en pension. Ses parents n’ont de cesse de l’éloigner dans quelque internat , un déchirement à chaque fois. Le garçon grandit tant bien que mal, dans un dénuement réel. Il se dit sans repère, à la recherche d’un pedigree.

modiano-hardy

Modiano et son amie, Françoise Hardy

Modiano a déjà écrit des paroles de chansons pour Françoise Hardy. Voici ce qu’elle raconta au Figaro sur son vieil ami:

Sans doute, Patrick était-il très démuni matériellement à cette époque, et puis il paraissait assez désincarné, distrait, peu préoccupé par ce genre de contingences.

Je l’ai souvent emmené dîner au restaurant. Je l’ai aussi emmené au théâtre, en particulier voir la pièce géniale de James ­Saunders, La prochaine fois je vous le chanterai, qui se jouait au Théâtre Antoine. ( Françoise Hardy) 

 

Pour l’anecdote, l’épouse de Modiano, Dominique Zehrfuss,  a aussi écrit ses souvenirs d’enfance dans un livre intitulé Peau de caniche (Mercure de France). Une enfance  pas plus heureuse visiblement.

Un pedigree se joue justement en prolongation jusqu’au 18 décembre au Théâtre Antoine.  N’hésitez pas à vous y aventurer. La presse unanime ne s y est pas trompée. En sortant, on ne peut s’empêcher de se dire qu’on ne se plaindra plus autant de ses parents .

Au contraire, écouter Baer donner vie à ces textes , c’est quelque part partager un peu de la résilience qui a permis à Modiano de sublimer sa douleur , ce profond  dénuement matériel et affectif de jeunesse , par la littérature.

Accepter que nos parents ne peuvent nous donner plus, qu’ils ont fait comme ils ont pu parce qu’eux mêmes ont eu leurs propres carences psychologiques, voilà la déchirure secrète de nombre d’entre nous.

baer-modiano

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s