L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

PEOPLE- Sayako du Japon, histoire d’une ex-princesse

Poster un commentaire

Les  bergères devenues princesses et reines sont légion dans les médias, mais quid des princesses qui deviennent de simples bergères ? Au Japon, c’est réellement arrivé.

nori-cane

Quand la princesse Sayako du Japon, fille unique de l’empereur Akihito et de l’impératrice Michiko,   décide de se marier en 2004 avec un roturier , c’est une première dans l’histoire impériale japonaise.

Sayako, princesse Nori fut la première princesse impériale à sortir du monde fermé du Palais  pour rentrer dans le vrai « bas peuple nippon ». Histoire d’un transfert interculturel pas comme les autres.

Nous parlons souvent dans ce blog de femmes ordinaires devenues princesses et reines, de leurs difficultés à s’adapter à un monde de protocole, d’attentes et de médiatisation intrusive. Masako du Japon et Kiko du Japon qui ont  épousé les fils de l’empereur Akihito,  ont accompli un voyage sans retour pour intégrer une monarchie millénaire où il leur a fallu assimiler le lourd protocole impérial, mais aussi  apprendre le japonais classique ( langue fixée au 12e siècle, toujours utilisée à la Cour, incompréhensible des lambdas) . Le Palais impérial, c’est une autre planète.

masako-belges4

Ex-altesse impériale, Sayako du Japon, elle, a fait le chemin inverse et il faut mesurer l’ampleur du mouvement quand on voit où grandissent les enfants royaux japonais. La monarchie japonaise est peut être la plus protocolaire, opaque et rigide du monde. Un monde extra-terrestre. Plus que la Reine d’Angleterre, l’Empereur du Japon est un dieu vivant proche des pharaons égyptiens ( la millénaire monarchie japonaise est la plus ancienne du monde encore active) , appartenant à une  » race » à part. La légende dit que les empereurs se nourrissent de toiles d’araignée, ce ne sont donc pas des hommes comme les autres. C’est une figure de mythologie digne  de l’Antiquité.

C’est l’occupation par les USA du Japon en 1945-47 qui brutalement changera la donne, faisant de l’empereur un fantôche aux mains du Premier Ministre, en vertu d’un nouveau style de démocratie parlementaire. Il faut dire qu’avant, il était tombé aux mains d’une junte de militaires japonais nazis. Le Japon constituant le 3e allié de l’Axe du Mal hitlérien.

nori-bebe

Sayako nait en 1969 à l’Hôpital de la Maison Impériale. Notez que c’est la seule monarchie qui dispose de son propre hôpital. Son père Akihito n’est pas encore empereur. Sa mère, Michiko, est la première future impératrice roturière et on lui fait payer le prix fort en coulisses, au point de le rendre dépressive, aphone, comme certaine Masako aujourd’hui. Sayako est prénommée par Hiro Hito, son impérial grand – père, le dernier de droit « divin » absolu,  celui là même qui s’était retrouvé influencé par les nazis japonais dans les années 30-40.

La petite Sayako est éduquée à la fameuse école pour nobles ( ouvertes aux riches roturiers depuis 47), Gakushuin, comme tous les membres de la famille. Elle fera tout le cursus de la maternelle jusqu’à l’université. Elle s’oriente vers l’ornithologie, option martins pêcheurs,  et s’intéresse au dressage des chiens guides d’aveugles. Beaucoup de membres de la famille impériale s’orientent vers un travail de recherche universitaire en relation avec la nature et les arts.  Un travail plus noble intellectuellement , moins de risques de côtoyer trop de gens inconnus, et des agendas plus souples que par exemple un job de  responsable service client dans une agence de voyages. Ceci leur permet de participer à diverses œuvres caritatives ou religieuses.

Sayako rencontre Chirac, grand amateur d’art japonais, du sumo aux céramiques

Notez que chez les Windsor ou les Grimaldi, on vise davantage des jobs de mannequin ou marchand,  ou encore financier. La profession de militaire est difficilement possible au Japon, pays démilitarisé depuis 1945. Restent les études doctorantes et l’enseignement, la recherche. Tous les membres impériaux sont des chercheurs ou des lettrés. Sayako s’est même intéressée à la danse japonaise, art qu’elle incarnera sur scène à plusieurs reprises au Théâtre National.

Petite dernière de sa fratrie, princesse sans destin dynastique, Sayako aspire à une vie normale. En 2004, elle épouse un urbaniste qui travaille pour l’Agglomération de Tokyo ( une des plus grandes mégapoles du monde avec Manille).  Ce monsieur a la particularité d’être roturier mais avait connu le prince Akishino dans l’enfance. On le considère comme un des meilleurs amis du prince.

nori-ornithologue

La princesse de Nori devient Madame Kuroda fin 2005  en épousant cet urbaniste de 40 ans . Elle parait dans une robe de soie blanche simple et un triple rang de perles, se passant du traditionnel kimono multicouches et du sabre. Le mariage a lieu à l’Impérial Hotel ( sans connexion avec la famille impériale) en présence de très peu de personnes, une trentaine de gens de la famille. Quelques milliers de badauds s’alignent en face de l’hôtel pour saluer ce mariage qui passe quasi inaperçu, faute de glamour. Le banquet de mariage a lieu en soirée avec une centaine d’invités. Rien à voir avec les festivités monstres du mariage de Masako. Il est assez dérangeant vu de France de la voir marcher à la suite de son mari.

sayako-mariage

Une cérémonie rituelle en kimono a eu lieu quelques jours avant le mariage officiel à l’Impérial Hotel, en totale discrétion.

nori-mariage

En vertu de la loi salique japonaise revue en 1947 pour réduire la famille impériale au maximum, Sayako quitte la famille impériale , perdant son titre et toute prérogative. Elle devient une roturière comme les autres. Par tradition, il lui est octroyé une dot de 1, 3 million de dollars. Ce n’est pas énorme quand on connait le coût de la vie au Japon. C’est ce que reçoivent Masako et Naruhito par an.

Sayako prend sa retraite pour emménager ( en location)  avec son mari dans un appartement situé non loin du Palais impérial de Tokyo. Elle continue de participer à des événements familiaux, et surtout exerce depuis 2012 la prestigieuse fonction de Grande Prêtresse du Temple d’ Ise, une fonction dédiée à des membres ou anciens membres de la famille impériale. Elle relaie sa tante trop âgée, également une princesse déchue de son titre à son mariage.

nori-mariee

La conférence de presse d’avant le mariage

Les 3 soeurs aînées de l’empereur Akihito furent aussi déchues de leur titre impérial à leur mariage, mais elles avaient toutes épousé des marquis ou maîtres de cérémonie du thé ( un titre héréditaire  » spirituel » très prestigieux au Japon), des gens riches issus de l’élite sociale japonaise. Sayako était la première à épouser un vrai lambda.

sayako-auto

Contrairement à ses tantes qui finalement passaient d’un palais à un autre, Sayako découvre une nouvelle vie beaucoup plus proche de la nôtre. Elle doit apprendre à conduire et à faire ses courses au supermarché. On la voit désormais arpenter les magasins discount à la recherche d’offres spéciales.  Cela me rappelle des photos cocasses de DSK dans Voici qui , chassé par Anne Sinclair après une énième tromperie, se retrouvait à faire ses courses au Monop et ne savait pas utiliser un parc-mètre.

Quand elle était célibataire et ornithologue, elle était réputée préparer elle -même son bento de déjeuner ( lunchbox) .

nori-ise-shrine

Sayako au Temple de la déesse du Soleil d’Ise

A 36 ans, Sayako a embrassé avec joie sa nouvelle vie de femme « libre », la fin d’une vie de palais qu’elle a sous-entendu confinée et aliénante même si dorée. C’était à une conférence de presse avant son mariage. On sait que l’Agence Impériale japonaise, organe dépendant du Premier Ministre, qui régit la famille impériale dans ses moindres faits et gestes, est dirigée par des ultra conservateurs traditionalistes. S’ils le pouvaient, ils fossiliseraient l’empereur et le feraient vivre comme au Moyen Age, au nom d’une tradition sacrée millénaire. Ce sont eux qui mènent la vie dure à Masako, Michiko et les autres.

Michiko aurait serré fort sa fille dans ses bras et lui aurait dit  » tout ira bien », le jour de ce mariage.

Depuis, Sayako reste discrète, ne vend pas de photos perso dans Hello Magazine comme Zara, ne fait pas de mannequinat pour Gucci et Montblanc comme Charlotte Casiraghi, et ne fait pas de télé achat sur la télé américaine comme Fergie. On l’a revue récemment, élégante et souriante,  au banquet en l’honneur des souverains belges en octobre dernier.

masako-belle-soeur

Sayako au gala en l’honneur des souverains belges en octobre 2016

La vie de Sayako Kuroda montre ce que sera probablement la vie des princesses impériales Aiko, Kako et Mako du Japon. Une vie d’opportunités et de liberté à qui sait les saisir. Mais il faut tenir face au rouleau compresseur anachronique du Palais…

aiko-montagne

Aiko du Japon, 15 ans.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s