L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

CINE – the Danish Girl, l’amour ultime

2 Commentaires

the Danish Girl aurait pu être un biopic racoleur hollywoodien capitalisant sur le sujet potentiellement scabreux du transgenre. Grâce à son génie et à sa sensibilité, le réalisateur britannique Tom Hooper,  nous offre au contraire un des plus beaux films d’amour du cinéma, servi par un casting éblouisssant et sexy, à commencer par le subtil et raffiné Eddie Redmayne et l’élégante Alice Vikander.

Oubliez Titanic et autres Love Story et courez voir ce petit bijou de finesse sur l’amour  jusqu’au bout de l’ultime, le sacrifice total pour enfin être soi-même.

danish girl couple

Eddie Redmayne et Alicia Vikander, unis pour le meilleur et pour le pire jusqu’à ce que la mort les sépare.

the Danish Girl est bien plus qu’un biopic sur la première femme transgenre, c’est surtout l’histoire d’un couple d’artistes peintres connus, amoureux et complice, mais tout change quand l’un des deux ressent soudain le besoin d’incarner sa vérité profonde : changer ou plutôt recouvrer son identité sexuelle.

Eddie Redmayne incarne avec génie Einar, ce peintre au chic androgyne. Il n’y a pas de mots pour décrire le niveau de sa performance d’acteur, tout en subtilité, en raffinement, en délicatesse. Il exprime parfaitement le calvaire de cette torture intérieure lancinante qui le dévore d’année en année ( le film accélère ce qui prit une décennie au vrai Einar) , à une époque où l’homosexualité est déjà considérée comme une maladie mentale, une déviance ou une perversion. On assiste même à une choquante scène de radiothérapie.

danish girl

Einar cohabite avec Lili, ce personnage féminin qu’il ressent au plus profond de lui. Ceci n’est pas sans créer de terribles tensions avec son épouse Gerda. Tandis que Gerda perce en tant que peintre, justement spécialisée dans les peintures de femmes, dont Lili, Einar ne peint plus, ravagé par son mal-être profond que rien ne peut guérir.

danish-girl-gerda

Lili Elbe est à droite dans ce tableau de Gerda, Un jour d’été.

On dit que le vrai Einar était intersexué, c’est à dire qu’il avait certains attributs féminins expliquant son allure féminine d’origine, mais nul n’en est sûr. Il paraîtrait qu’on l’insultait parfois dans la rue à Paris, quand il se promenait dans sa tenue de dandy.

AppleMark

Tom Hooper dirige Alice Vikander, alias Gerda

 

Le film narre avec subtilité et progressivité le parcours de ce couple, en particulier de la femme, Gerda, en prise aux doutes. Gerda soutient son mari tout au long de son combat, acceptant l’incroyable : le parcours chirurgical transgenre de son mari, une première médicale.

Si le film reste élusif sur le parcours médical ( mentionnant 2 opérations)  le vrai Einar fut le cobaye de plusieurs opérations d’envergure en 1930. Outre l’ablation des attributs masculins, il fut greffé à Lili des ovaires ( qui durent être retirés)  et même un utérus, une greffe qui s’avéra  fatale.

Il faut préciser que le film se base sur un roman adapté lui même du journal intime de Einar, Man into Woman.

danish girl book

Tom Hooper par désir d’universaliser le film choisit un angle plus relationnel, s’attardant plutôt sur le parcours sacrificiel de Gerda, qui d’un côté connait la gloire, mais en voit son mari périciliter inexorablement, comme phagocyté par Lili Elbe. Gerda perd l’amour de sa vie  et son couple dans l’opération . Son mari disparait au profit de Lili. De facto, son mariage n’est plus, mais il lui faut du temps pour l’accepter.

danish-girl bed

Déjà remarquée dans l’excellent Royal Affair, l’actrice Alice Vikander est remarquable en épouse déchirée mais à l’amour indéfectible. L’abnégation du personnage fait penser à celle du mari  sacrificiel d’Aung San Suu Kyi dont la vie fut évoquée dans le bouleversant film de Luc Besson, The Lady. Quand il mourut d’un cancer à Londres après des années de séparation forcée, la leader birmane , Prix Nobel de la Paix, ne put se rendre à ses funérailles, assignée à résidence en Birmanie par la junte totalitaire mafieuse qui règne en maître sur le pays,  depuis l’assassinat du père de Aung San Suu Kyi.

the-lady

Un des rares moments que la leader birmane passera avec son mari anglais

Un très beau film d’amour à découvrir si vous ne l’avez jamais vu.

Revenons au Danemark. L’histoire de the Danish Girl ne serait pas aussi belle si elle n’avait pas été sublimée par la caméra de Tom Hooper dont les choix artistiques sont admirables. Les plans sont filmés tels des tableaux, dans une palette de couleurs impeccable. Les prises de vue sont sublimes, en particulier  à la fin.

danish girl 2

On avait déjà pu admirer le formidable travail de Hooper dans l’oscarisé Discours d’un Roi, souvenez vous de ces mouvements de caméra au début, quand Colin Firth, alias le bègue timide George VI,  chemine vers le micro pour enregistrer son fameux discours de guerre. Hooper sait trouver les bons angles , et cela contribue assurément à l »émotion que l’audience ressent.

Danish-Girl poster

90% du public du film semble féminin, on peut imaginer le sujet peu attractif pour ces messieurs. Mais il serait dommage de passer à côté de ce film , qui va bien au delà de la question du masculin qui se transmuterait en féminin.

La performance d’Eddie Redmayne et la réalisation de Hooper étaient le but principal de ma curiosité pour ce film, mais force est de constater qu’il va bien au delà, transporté par une énergie poétique et romantique que rien ne peut arrêter. J ‘avais déjà repéré Redmayne dans My Week with Marilyn , où il épatait en jeune stagiaire de studio de cinéma confronté à la mythique blonde. Je m’étais dit que  » ce petit jeune » irait loin.

Quelques années après, il reçut l’Oscar 2015 pour son rôle de Stephen Hawkings. Si vous admirez son talent, son élégance et sa photogénie avantageuse, n’hésitez pas à passer une semaine avec lui et Marilyn dans ce joli film qui fit un tabac en Grande Bretagne mais fut moins remarqué en France.

my-week-with-marilyn-film

C’est la délicieuse Michelle Williams qui fut nommée à l’Oscar pour ce petit bijou de cinéma anglais de 2012.

Les fans de la talentueuse  Alice Vikander pourront la voir dans Royal Affair, un film historique danois formidable avec le génial Mads Mikkelsen. Décidément le Danemark regorge de talents et de sujets cinématographiques. Pensez à Highjacking, écrit par le scénariste de la série culte Borgen.

royal-affair

 

Publicités

2 réflexions sur “CINE – the Danish Girl, l’amour ultime

  1. Pingback: CINE – Les Innocentes ( Agnus Dei) , lumière et espérance | Bienvenue, Welcome to my Blog

  2. Pingback: PEOPLE- Oscars 2016 | Bienvenue, Welcome to my Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s