L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

CINE- Le Nouveau Stagiaire, un senior au pays du 2.0

1 commentaire

The Intern, alias Le Nouveau Stagiaire, c’est Robert de Niro en gentil stagiaire gâteau dans une start-up internet créée par une dynamique jeune femme très pressée, incarnée par la trépidante Anne Hathaway.

intern-laughter

Un senior en open space 2.0 avec des stagiaires génération Z…

Une comédie pas si convenue que cela…qui vaut le détour.

On avait déjà vu les Stagiaires ( The Internship)  , une satire d’entreprise hilarante qui se passait au sein même de la société tentaculaire et iconoclaste Google.  On y voyait 2 quadras , Vince Vaughn et Owen Wilson rentrer comme stagiaires dans un programme de recrutement -compétition plein de geeks ultra-ambitieux de 20 ans de moins.

les-stagiaires-affiche-france

Largués côté techno, mais pleins de bon sens, ils inversaient la tendance avec succès en apportant leur maturité et leur vista marketing à leur co-équipiers certes très doués en techno, mais peu expérimentés de la vie. Le film nous faisait découvrir les coulisses de la vie au siège de Google de façon humoristique et exotique.

Voici de nouveau une comédie qui se passe dans l’industrie 2.0 mais avec un stagiaire encore plus senior, Robert de Niro, 70 ans. Ancien directeur commercial, veuf, chic, aisé,  dynamique, ce n’est pas un chômeur quadra désespéré qui tente de rentrer chez Google comme dans les Stagiaires.

Le voilà intégré dans un programme de stagiaires seniors créé sur un coup de tête par la patronne d’une dynamique société de vente de mode par Internet, qui fait penser à Asos, Anne Hathaway. Un programme RSE que la jeune entrepreneuse surbookée a déjà oublié quand on lui amène son stagiaire.

the-intern- poster

De Niro, en costume cravate,  se retrouve en open space avec des jeunes mal rasés, mal fagotés, qui bossent comme des fous, sur des outils qu’il ne maîtrise pas. Au départ rejeté par sa tutrice de stage, il trouve peu à peu sa place et se rend bientot indispensable. Il finit même par s’avérer un soutien discret et protecteur auprès de sa patronne en mal de mentor et de soutien parental. Cela pourrait être traité de façon très ordinaire et binaire , mais non , on a des trouvailles scénaristiques plutôt originales et assez fines, grâce à une série de personnages secondaires bien dessinés et drôles.

En fait, la patronne est au bord de la crise de nerfs, totalement débordée car  immature managérialement, au point que les investisseurs réclament la nomination d’un vrai PDG expérimenté pour la chapeauter. Elle intervient sur tout et pour tout, parfois juchée sur son vélo.

intern-velo

Côté tenues, on a le droit à un festival Hathaway de tenues chic qui lui vont parfaitement. On pense au Diable s’habille en Prada. Côté humain, on profite des dialogues cocasses, amusants où finalement ce sont les jeunes de la génération Y et Z qui en prennent pour leur grade.

intern-evening

L’élégance et le style au temps de De Niro, c’était être net et bien rasé. J’ai bien aimé le dialogue où De Niro demande à ses 3 voisins d’open space la fréquence de leur rasage.

Un autre point original, c’est enfin un personnage de père au foyer, un ancien cadre qui a tout abandonné pour s’occuper de la fille qu’il a eue avec Anne Hathaway, maman absente. J’adore le détail visuel d’une seconde,  où elle pose son bol pas vidé de céréales dans l »évier, tant elle est pressée de partir au bureau.  C’est intéressant de voir certaine réalité du rôle de parent au foyer, parfois réduit au rôle de parent ménager.

stagiaire-pere

Autre point sympathique, on attribue au personnage de de Niro, qui a 70 ans, une dulcinée potentielle de 61 ans, incarnée par la sensuelle Rene Russo.

The-Intern-massage

Souvenez-vous de son visage souvent vu dans les années 90, notamment avec John Travolta ou Pierce Brosnan.

rene-russo

rene russo -2015

Rene Russo en 2015

L’acte 3 est un peu cousu de fil blanc voire 1 ou 2 scenes un peu longues sur certaine intrigue secondaire dramatique ( que je ne peux reveler) , mais on ressort du film avec une bonne énergie, après avoir beaucoup ri aux péripéties de ce tandem pas comme les autres . Un scénario qui propose des dialogues vifs et percutants dans les scènes de comédies, et des péripéties comédiques vraiment amusantes voire hilarantes.

Une bonne satire du monde des sociétés Internet avec des jeunes qui suent sang et eau pour des patrons pas forcément très reconnaissants et attentifs ( même si aimables de prime abord) , car tellement obnubilés par les résultats et leur projet de bâtisseur.

Toutefois, on ne peut s’empêcher de trouver trop angélique la vision de ce gentil papy senior qui cherche à proposer ses services de façon quasi désintéressée à cette entreprise dévoreuse de ses employés. En ce sens, les Stagiaires proposait une réflexion plus aboutie en s’attardant sur les motivations et failles psychologiques de ces jeunes geeks archi-ambitieux et têtes d’oeuf chez Google. Ainsi qu’une satire plus mordante sur certaine hypocrisie des groupes américains ( pas le droit de sortir avec ses collègues, etc) .

Un film de Nancy Meyers globalement bien vu et bien pensé, qui brille par une distribution d’acteurs bien choisie et efficace.

Publicités

Une réflexion sur “CINE- Le Nouveau Stagiaire, un senior au pays du 2.0

  1. Pingback: CINE- A Vif , un Chef en quête de lui-même | Bienvenue, Welcome to my Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s