L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

CINE- A l’Ombre des Femmes

Poster un commentaire

En marge du palmarès de Cannes 2015, un petit bijou de cinéma fait son bonhomme de chemin auprès du public et des journalistes.  Coup de coeur de la Croisette, A l’ombre des femmes est le dernier film de Philippe Garrel.

a-l-ombre-des-femmes-1

Clotilde Courau et Stanislas Mehar

Réflexion sur les déséquilibres du couple, la mauvaise foi, la trahison, le film pose la question de l’adultère et de l’honnêteté au sein d’un couple fusionnel en apparence.

A l’ombre des femmes raconte l’histoire en apparence banale d’un couple parisien bobo. Lui est un documentariste crève la faim , immature,  » pas fini » comme dirait une de mes anciennes collègues. Visiblement, il n’a pas trop connu son père et il a l’air de chercher à affirmer  sa masculinité sans savoir comment…donc il se base sur des clichés sexistes divers.  Heureusement, qu’il a son épouse, ancienne surveillante de cantine , qui a laissé tomber Langues O pour devenir sa scripte et sa camerawoman.

Sacrificielle mais consentante, débordante d’émotions, l’épouse porte sur ses épaules ce couple où lui se la coule plutôt douce pendant qu’elle le materne, le sert, le nourrit , centrant sa vie autour de lui et de son bien-être.  On saisit que c’est quelque chose qu’elle faisait déjà avec sa narcissique mère.

Tout au long du film, ce brave « petit » garçon se fait servir thé et café. On ne le voit jamais mettre la main à la pâte. Mais pourquoi le ferait il puisqu’il y a des femmes pour le faire ?

a-l-ombre-des-femmes

En bon « fils » rebelle, il se laisse aller avec une archiviste stagiaire doctorante croisée par hasard. Lui y voit un simple serial plan cul de détente qui lui permet de  » tuer la maman  » qui habite sa femme , mais la maîtresse  tombe amoureuse et s’accroche. L’amour la rend encore plus gnan gnan que prévu.

Lui , sans culpabilité, estime que c’est normal de tromper les femmes, car « tous les hommes font ainsi »  dans ses croyances erronées sur la virilité.  Mais quand l’arroseur se retrouve arrosé, c’est une autre histoire qui commence, de mauvaise foi, de manipulation, culpabilité et souffrance. ..et de malentendu sexiste.

a-l-ombre-des-femmes-2

Clotilde, émouvante et passionnée.

Les scènes de confrontation – jeux de pouvoir sont particulièrement réussies, grâce à des dialogues authentiques qui nous rappellent sans peine la mauvaise foi qu’on entend si souvent au sein des familles. Les dialogues de sourds entre les deux époux n’arrivant plus à communiquer sont remarquables.

Chacun pourra interpréter de diverses manières l’ironie de la fin du film. Rien que pour cette possibilité de lecture à plusieurs niveaux, le film vaut la peine d’être vu.

La réalisation en noir et blanc dans un Paris intemporel est efficace, surprenante  et plaisante.  NB- Le noir et blanc à l’écran est plus lumineux que celui des photos.

C’est surtout Clotilde Courau qui s’avère épatante dans le rôle de l’épouse sacrificielle en besoin désespéré d’affection, pivot central du film. A 46 ans, elle incarne sans fard et sans anticernes cette femme à fleur de peau.Pas évident dans un milieu où le narcissisme est un métier. Il faut oser exhiber son visage fatigué.

Prince Emanuele Filiberto of Savoy and his wife French actress Clotilde Courau celebrate the 133rd anniversary of the foundation of the National Guard of Honor for the Royal Tombs of the Pantheon, in Rome, Italy on January 16, 2011. Photo by Olycom/ABACAPRESS.COM

En 2011

Rq- On ne peut s’empêcher de faire le lien avec l’ histoire maritale personnelle de Clotilde. Il y a deux ans , des magazines people avaient dévoilé la liaison de son époux, le charmeur Prince Emmanuel Philibert de Savoie ( héritier théorique de la Couronne d’Italie) avec une célèbre animatrice métisse de M6. 

Saltimbanque et showman dans l’âme,  le prince de Venise  enchaîne les émissions de télé réalité en Italie voire en France, comme ‘acteur-participant  » , tandis que Clotilde poursuit sa brillante carrière de comédienne.  Après avoir rompu avec la vedette de M6, on le revit dans la presse people avec une des petites-filles de la famille Pastor  sur un yacht de Monaco.  Depuis, on  voit rarement le couple des Princes de Venise sur les tapis rouges.

Mais revenons au film. Le scénario est efficace dans sa dramaturgie, subtil en dépit d’une durée de 1h13 , qui n’est pas sans rappeler celle du film polonais Ida ( 1h20) , récemment oscarisé à juste titre. Il est épatant de voir la richesse et les nuances exprimées sur une durée aussi courte. Les deux films ont en commun une  concision  savamment optimisée. Chaque petit détail nous informe juste ce qu’il faut.

Bref, je vous recommande ce film si vous aimez les histoires tout en nuances et en psychologie. Vous y trouverez assurément  matière à réflexion et à discussion.

Fr- Clotilde Courau à Cannes parle du film

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s