L'effet colibri, the hummingbird effect

Evadons-nous d'un battement d'ailes vers un jardin de scoops, de rêve et d'élégance, and more

CINE – Whiplash, 50 nuances de Jazz

3 Commentaires

Si l’événement SM de l’année devait être  » 50 Nuances de Grey », le pétard mouillé pour midinettes que Madonna vient de qualifier de « roman pour puceaux », il me semble que le film qui ose véritablement aborder le sujet des relations sadomasochistes ( pas au sens sexuel) serait plutôt « Whiplash« , le film sensation de Damien Chazelle sur la relation malsaine entre un professeur -chef d’orchestre tyrannique et un élève du plus prestigieux conservatoire de musique américain.

Whiplash

Miles Teller incarne un jeune batteur de jazz, qui rêve d’attirer l’oeil du prof de la classe senior de son conservatoire. S’acharnant, s’entraînant, comme un forcené, il finit par se faire caster par ce prof aux allures de Marine américain, le chauve buriné JK Simmons.

Mais d’emblée, le jeune affamé de gloire et de reconnaissance personnelle, se retrouve happé dans un engrenage inconnu : le harcèlement moral.

Honni dans les entreprises, le harcèlement moral reste toléré dans certains milieux de l’enseignement, en particulier dans les disciplines artistiques  ou sportives. Il est même perçu par certains profs comme étant indispensable pour pousser le jeune à donner son maximum. Mais ce genre de méthode est dangereuse, car la limite est ténue entre pression et humiliation, entre galvanisation et destruction psychique.

Whiplash1

JK Simmons est un prof sans pitié, son rêve, former le prochain Charlie Parker

Les gueulantes et brimades du prof ne sont pas sans rappeler les critiques acerbes et dégradantes de certaines profs de danse classique en Russie, qui rabrouent des ballerines anorexiques, comme si elles n’étaient pas déjà obsédées de perfection.

Je me souviens avoir eu une prof en 3ème , Melle L., boule de nerfs d’1m50, la cinquantaine bien tassée, qui lançait  sa chaussure sur un élève , ou en obligeait un autre à reculer sa table au fond de la classe. Résultat, j’eus de très mauvaises notes en sciences physiques dès le début. Je me souviens de l’insécurité que cette prof faisait règner en classe. Aucun d’entre nous n’avions remarqué que ce comportement était parfaitement anormal. Ce n’était pas le 1er prof à double visage, qui sourit d’une part puis  qui humilie et  » casse » d’autre part que j’aie connu… Cette prof , Melle L. ,  finit par partir en long arrêt maladie pour un cancer de la gorge et fut remplacée par un autre prof plus humain.

Whiplash2

Miles Teller incarne Andrew Neiman, un étudiant en musique qui rêve d’égaler les stars .

Whiplash ( du nom d’un morceau de jazz)  dépeint bien les angoisses de ce jeune homme  orphelin de mère, qui a choisi une voie ultra élitiste,  où seuls les meilleurs surnagent.  Non seulement, on n’est jamais sûr d’être à la hauteur, mais on s’expose au scepticisme permanent de sa famille.  Son père a beau essayer de le rassurer , de lui dire qu’il y a d’autres voies que l’élitisme des grands conservatoires, Andrew Neiman s’accroche à la Voie Royale.

C’est ce désir de réussite à tout prix qui le rend consentant face aux humiliations brutales de son prof. Dans le cadre d’un orchestre d’école soumis , comment se rebeller face à ce « grand professeur » ?

Anecdote, Caroline de Monaco fut elle même une grande férue de danse classique, au point d’envisager sérieusement d’entamer des études de danse. Sa mère, l’icône du cinéma Grace Kelly sut la dissuader en lui expliquant que dans ce milieu, soit « on est le meilleur, soit on renonce ». Caroline finira par s’orienter prudemment vers les  sciences humaines. Aujourd’hui, elle soutient sa fille benjamine Alexandra de Hanovre dans sa passion du patinage artistique de compétition.

Le film va crescendo, montrant l’emprise insidieuse que le prof a pris sur l’élève. Jusqu’où ira ce manège ?  L’acte 3 et son retournement final est plaisamment surprenant. Le scénario pèche par une ou deux facilités, mais on ne les remarque guère.

Whiplash3

Melanie Benoist fera t elle  les frais de l’ambition de son petit ami, aspirant  star du jazz ?

Tout au long de son parcours, le jeune étudiant s’isole de plus en plus, adoptant certaines attitudes péremptoires voire les préjugés élitistes de son prof, au détriment de sa vie amoureuse. Il aborde une gentille caissière de cinéma jouée par Melanie Benoist, mais l’exigence sans limite du prof tyrannique ne sera pas sans dommages collatéraux.

Tout comme Black Swan n’était pas un film sur la danse mais sur la folie de la perfection et la relation abusive d’une mère ogresse qui avait phagocyté psychiquement sa fille, Whiplash n’est pas tant un film sur la musique que sur l’emprise mentale malsaine d’ un prof qui rêve de grandeur sur  un élève vulnérable, qui ne sait pas vraiment qui il est.  Evocation intéressante d’un enseignement aux croyances archaïques et de la jeunesse qui perd son innocence.

Même si vous n’êtes pas un technicien de la musique, vous passerez un moment instructif et musical riche en sensations. Un film indie américain qui vous embarquera dans un étrange voyage dans le monde compétitif des écoles de musique. Avec d’ébouriffantes performances de jazz à la clé.

 

 

Publicités

3 réflexions sur “CINE – Whiplash, 50 nuances de Jazz

  1. Pingback: CINE- PEOPLE – Oscars 2015 , Palmarès cousu de fil blanc | Bienvenue, Welcome to my Blog

  2. Pingback: PEOPLE- Noël se rapproche, Love Actually 2 chez les stars | Bienvenue, Welcome to my Blog

  3. Pingback: CINE – La La Land, un rêve | Bienvenue , Welcome to my blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s